NOUVELLES

USA: des sténos financés par les dons retranscrivent le procès Manning

05/06/2013 03:55 EDT | Actualisé 05/08/2013 05:12 EDT

Dans la salle de presse de Fort-Meade (Maryland, est des Etats-Unis), deux sténographes tapent frénétiquement les débats du procès de Bradley Manning, l'informateur de WikiLeaks, a constaté l'AFP, et ils seront payés par des dons, faute de retranscription officielle.

Dénonçant les difficultés de la couverture médiatique du procès en cour martiale, la Fondation pour la liberté de la presse a lancé un appel aux dons pour financer la retranscription des débats.

"L'armée américaine a refusé de rendre publiques les retranscriptions du procès Bradley Manning. Elle a en outre refuser des accréditations presse à 170 des 350 organisations médiatiques qui en avaient demandé", écrit la Fondation sur son site internet.

"Sans retranscription publique ou accréditation presse, il est virtuellement impossible pour les médias de couvrir le procès et pour l'opinion de savoir ce que le gouvernement fait en son nom", ajoute-t-elle, soulignant "l'impact énorme qu'aura le procès sur la liberté de la presse et les droits de futurs dénonciateurs".

Le procès en cour martiale, qui a commencé lundi, est prévu pour durer jusqu'au 23 août, mais une grande partie des débats se tiendra à huis-clos. "Selon la durée du procès, les retranscriptions coûteront entre 60.000 et 120.000 dollars", a ajouté l'organisation, en postant le transcript des deux premiers jours d'audience.

A la demande d'un groupe de 23 organisations médiatiques et de défense de la liberté de la presse, la juge de la cour martiale Denise Lind a autorisé la présence de ces sténos dans la salle de presse -- et non dans la petite salle du tribunal -- aux côtés des quelque 70 journalistes qui assistent au procès.

Dans leur lettre, datée de lundi, les médias précisent que "plus d'un millier de citoyens ont donné plus de 58.000 dollars au total à la Fondation pour la liberté de la presse afin de financer les sténos retranscrivant dans la salle de presse les portions non classifiées du procès".

L'armée a tout récemment commencé à poster sur un site internet quelques documents relatifs au procès Manning, alors que des audiences préliminaires se tiennent depuis décembre 2011 sans la moindre retranscription.

Soutenu par nombre d'organisations médiatiques, le Conseil pour les droits constitutionnels (CCR) a déposé une plainte exhortant la cour martiale à rendre publics tous les documents relatifs au dossier Manning.

Le soldat encourt la prison à vie pour "aide à l'ennemi", en l'occurrence Al-Qaïda, après avoir reconnu avoir divulgué à WikiLeaks quelque 700.000 documents diplomatiques et militaires confidentiels.

chv/are

PLUS:afp