NOUVELLES

Un sénateur conservateur ne veut pas voir le vérificateur au Sénat

05/06/2013 11:04 EDT | Actualisé 05/08/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Un sénateur conservateur ne veut pas de l'intervention du vérificateur général au Sénat. Pourtant, c'est son parti qui a proposé la procédure que le sénateur Jean-Guy Dagenais compare à de l'acharnement.

Croisé à son arrivée au parlement mercredi matin, le sénateur a, de lui-même, remis en question la stratégie de son gouvernement.

Mardi, la leader des conservateurs au Sénat a déposé une motion réclamant que le vérificateur général du Canada examine les dépenses des sénateurs. Aux Communes, le premier ministre Stephen Harper reprochait aux libéraux le fait que leurs sénateurs ont refusé d'adopter tout de suite la motion.

Mais le sénateur Dagenais rappelle qu'un comité sénatorial s'est penché sur les cas des sénateurs délinquants et que la Gendarmerie royale du Canada examine l'affaire. Il trouve que de faire appel au vérificateur, c'est aller trop loin.

«On a un comité de régie interne au Sénat et je pense que le comité est capable de faire son travail. Quant à moi, qu'on aille voir le vérificateur général, cela devient un peu tannant pour les sénateurs en place, on commence à être joliment tannés», a-t-il fait valoir.

Superflu le vérificateur? «Selon moi, le comité de régie fait son travail, dit-il. «Qu'on décide de rajouter le vérificateur général, ça va être quoi après?»

Le vérificateur est un «élément qui fait qu'on commence à en avoir ras-le-bol», a ajouté M. Dagenais.

Le sénateur en a même contre le resserrement des règles adopté la semaine dernière au Sénat. Selon lui, les règles en place étaient déjà assez claires.

«On est 100 sénateurs qui ont fait leur travail. On est honnêtes et je suis tanné d'entendre qu'on ne respecte pas les règles, en raison de trois ou quatre sénateurs qui n'ont pas joué franc jeu», dit-il.

À sa sortie du caucus hebdomadaire, M. Dagenais a toutefois indiqué qu'il allait voter en faveur de la motion, sans plus élaborer.

Pour le sénateur Claude Carignan, la venue du vérificateur serait «une bonne chose». Il espère que la motion sera adoptée.

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu estime pour sa part que la motion devrait être amendée pour inclure un mandat supplémentaire pour le vérificateur: celui de se pencher sur les dépenses des députés également. Mais il a affirmé qu'il votera en faveur de la motion, même sans changement.

De son côté, le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, a présenté mercredi sa propre solution pour laver la réputation du Sénat, et même plus.

Il suggère notamment que les sénateurs et les députés soit tenus de mettre en ligne toutes leurs dépenses de voyages et leurs frais de représentation sur des sites web publics, comme le font les ministres du cabinet.

Les libéraux insistent pour dire qu'ils rendront leurs dépenses disponibles en ligne dès l'automne.

Le débat sur la motion des conservateurs au Sénat a été ajourné à jeudi.

PLUS:pc