NOUVELLES

Syrie: nouvelle réunion préparatoire le 25 juin pour Genève-2 (Brahimi)

05/06/2013 04:15 EDT | Actualisé 05/08/2013 05:12 EDT

Une nouvelle réunion préparatoire se tiendra le 25 juin en vue d'une conférence internationale sur la Syrie, dite Genève-2, qui pourrait avoir lieu en juillet, a annoncé mercredi l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakdhar Brahimi.

"Nous allons travailler de façon intense dans les prochaines semaines et nous nous rencontrerons à nouveau à Genève le 25 juin", a-t-il dit aux journalistes au terme d'une réunion préparatoire entre représentants de l'ONU, de la Russie et des Etats-Unis.

Pour M. Brahimi, "cette conférence ne pourra se dérouler en juin, mais espérons-le en juillet" et se tiendra sous la direction du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

"Les participants sont très satisfaits", a estimé pour sa part un haut responsable américain, tout en ajoutant qu'un "énorme travail reste à faire".

La porte-parole du département d'Etat à Washington, Jennifer Psaki, a assuré que les Etats-Unis, la Russie et l'ONU s'étaient entendus pour que l'objectif de Genève-2 soit de "tenter de former un gouvernement de transition" en Syrie dans lequel "aucun pouvoir exécutif (ne serait) laissé au régime" du président Bachar al-Assad.

Mais rien n'a été arrêté sur la liste des participants à Genève-2, selon Mme Psaki.

"Le point délicat est la composante syrienne de cette conférence, cette conférence est réellement à propos des Syriens, pour les réunir (...) les parties syriennes avaient manifesté leur intérêt pour cet accord", a déclaré M. Brahimi.

L'objectif est d'amener "les parties syriennes, sans conditions préalables, à examiner comment elles pourraient appliquer le communiqué du 30 juin (2012 à Genève). Les parties syriennes ne sont pas prêtes, c'est le point délicat", a admis M. Brahimi.

L'accord de Genève, scellé il y a un an et jamais appliqué, dessine les contours d'un règlement politique, mais sans se prononcer sur le sort du président syrien, dont le départ préalable est exigé par l'opposition. Genève-1 proposait aussi la mise en place d'un gouvernement de transition.

M. Brahimi a souligné que Genève-2 "se déroulerait sur deux jours pour les participants non syriens et pour les délégations représentant le gouvernement syrien et l'opposition syrienne, serait présidée par le secrétaire général et serait suivie de négociations intensives entre les deux parties syriennes que je faciliterai".

"Cette conférence ne peut avoir lieu sans les délégations syriennes. Elles ne sont pas encore constituées", a insisté l'émissaire.

M. Brahimi a réuni mercredi autour de lui les vice-ministres russes des Affaires Etrangères Mikhail Bogdanov et Guennadi Gatilov, la sous-secrétaire d'Etat américaine pour les Affaires politiques Wendy Sherman, son adjointe pour le Proche-Orient Elizabeth Jones et leur ambassadeur pour la Syrie Robert Ford.

M. Brahimi était accompagné de Jeff Feltman, secrétaire général adjoint des Nations unies pour les affaires politiques.

L'idée de Genève-2 avait été proposée début mai par les chefs des diplomaties américaine et russe, John Kerry et Sergueï Lavrov, pour tenter d'ouvrir des négociations entre Damas et l'opposition syrienne.

nl-pjt/nr/jca

PLUS:afp