NOUVELLES

Manifestations au G-20 de Toronto: début du procès de l'agent Andalib-Goortani

05/06/2013 04:20 EDT | Actualisé 04/08/2013 05:12 EDT
Getty
December 22, 2010-Cst. Babak Andalib-Goortani appears at SIU headquarters in Mississauga, he has been charged with beating a man during the G20 demonstrations. TORONTO STAR/TANNIS TOOHEY (Photo by Tannis Toohey/Toronto Star via Getty Images)

TORONTO - Le procès criminel d'un deuxième policier accusé d'agression armée pour son comportement lors de manifestations tenues en marge du sommet des pays du G-20 en 2010, à Toronto, pourra commencer ce mercredi.

Il devait débuter lundi dernier mais les procureurs de l'accusé et de la Couronne ont expliqué au tribunal qu'ils avaient besoin de temps pour examiner une autre vidéo qui venait de leur être soumise. Elle montre l'agent Babak Andalib-Goortani procédant à l'arrestation d'un manifestant qui a subi une fracture du nez et de la joue lors de l'intervention.

Selon des documents de Cour, le manifestant Adam Nobody a projeté derrière un cordon policier une bouteille d'eau qui, après analyse, contenait en réalité de l'éthanol. Il a été déterminé que l'arrestation de M.Nobody avait été légale mais c'est la force utilisée qui est en cause au procès.

L'agent Andalib-Goortani, âgé de 30 ans, subira l'an prochain un autre procès sous un deuxième chef d'agression armée.

Vendredi dernier, le premier policier torontois à être accusé au criminel à la suite des manifestations, Glenn Weddell, a été acquitté de voies de fait ayant causé des lésions corporelles et d'agression armée.

La vaste majorité des quelque 1100 personnes arrêtées lors des manifestations au sommet du G20 de Toronto ont été libérées sans être accusées de quoi que ce soit. L'ombudsman de l'Ontario, André Marin, a qualifié ces opérations policières de plus grave atteinte aux libertés civiles de l'histoire du Canada.

INOLTRE SU HUFFPOST

Toronto G20