NOUVELLES

Le pétrole monte à New York, marché optimiste avant les stocks américains

05/06/2013 09:36 EDT | Actualisé 05/08/2013 05:12 EDT

Les prix du pétrole ont ouvert en hausse mercredi à New York, espérant un recul des réserves d'or noir aux Etats-Unis et passant outre des chiffres économiques en demi-teinte aux Etats-Unis.

Vers 13H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet montait de 65 cents, à 94,96 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"On a reçu toute une salve de données aujourd'hui, dans le monde et aux Etats-Unis, mais les cours reflètent surtout ce matin l'anticipation d'une nette baisse des stocks aux Etats-Unis", avant la publication des chiffres hebdomadaires du Département de l'Energie américain (DoE), a noté Matt Smith, de Schneider Electric.

En effet la fédération professionnelle API, qui publie ses propres statistiques, "a fait état d'une forte baisse des stocks de brut américains la semaine dernière, de 7,8 millions de barils", ont indiqué les analystes de Commerzbank.

Ce recul se devait notamment, selon eux à "une baisse des importations et une plus grande demande des raffineries", alors que démarre la saison estivale des grands déplacements en voiture.

Les réserves de brut avaient gonflé la semaine précédente à un nouveau plus haut depuis le début de la publication de ces statistiques hebdomadaires en 1982, et se sont même hissées à un sommet depuis mai 1931 selon des chiffres mensuels du DoE.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, les stocks de brut auraient reculé de 400.000 barils la semaine dernière, un signe de bon augure pour la demande de pétrole aux États-Unis.

L'enthousiasme des opérateurs était cependant tempéré par la sortie d'indicateurs économiques mitigés mercredi dans le pays, qui les faisaient douter de la vigueur de la reprise économique du premier consommateur d'or noir de la planète.

Dans le domaine de l'emploi, alors que tous les regards étaient déjà tournés vers le rapport mensuel jugé crucial sur le secteur en mai, les analystes ont été déçus par une progression plus faible qu'attendu des embauches dans le secteur privé ce mois-là, avec 135.000 emplois créés contre 157.000 initialement espérés.

D'autre part, la productivité des entreprises est repartie à la hausse au premier trimestre dans le pays, mais à un rythme moins marqué que précédemment annoncé, n'augmentant que de 0,5% en rythme annualisé contre 0,7% initialement prévu.

ppa/sl/rap

PLUS:afp