NOUVELLES

L'Ancienne-Lorette : rencontre houleuse entre le maire Labeaume et les sinistrés

05/06/2013 01:48 EDT | Actualisé 04/08/2013 05:12 EDT

Le maire de Québec, Régis Labeaume, s'est rendu à L'Ancienne-Lorette mercredi après-midi rencontrer les sinistrés des inondations de la fin de semaine dernière. Il a eu droit à un accueil plutôt hostile de certains d'entre eux qui accusent la Ville de se traîner les pieds dans le dossier de la rivière Lorette.

Certains attendaient le maire de pied ferme. « Vous aimez mieux votre maudit Colisée au lieu des sinistrés », lui a lancé Murielle Bergeron, une résidente dont la maison a été inondée. « Madame, je comprends que vous êtes découragée, mais moi je cherche des solutions », a répondu le maire.

D'autres sinistrés ont demandé à Régis Labeaume pourquoi son administration n'avait pas exécuté les travaux recommandés après la dernière inondation qui avait frappé le secteur en 2005. Le maire a fait valoir que le problème existe depuis 40 ans, bien avant son arrivée au pouvoir. Il a annoncé que des travaux vont débuter l'an prochain sur plus de deux kilomètres pour régler le problème. « On va travailler le plus rapidement possible pour que juin l'année prochaine, la machinerie soit dans la rivière », a-t-il dit.

Au total, la Ville investira 55 millions de dollars pour régler les problèmes de débordement de la rivière Lorette. Déjà 10 millions ont été investis, et la même somme sera ajoutée cette année.

En plus des bassins de rétention déjà aménagés et d'un barrage, des murets, une digue et de nouvelles stations de pompage seront, entre autres, aménagés. Des travaux de rehaussement des berges de la rivière Lorette sont aussi prévus pour contenir le cours d'eau.

Le maire a aussi ajouté qu'il n'y aura aucune expropriation dans le secteur.

Accélérer les travaux

Le maire Labeaume était accompagné par le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet. Celui-ci a réitéré sa promesse d'accélérer les travaux. « La machinerie sera sur le terrain en juin 2014. Je pense qu'on est capable de faire beaucoup plus vite que 2019 et je comprends l'impatience des gens », a-t-il dit.

Il a précisé que Québec pourrait permettre à la Ville de ne pas tenir d'audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) dans ce dossier. Par comparaison, avec une étude du BAPE, les travaux ne seraient pas réalisés avant six ans alors que sans ces audiences, ils le seront dès 2016.

En matinée, Régis Labeaume s'est défendu de ne pas avoir visité les sinistrés de L'Ancienne-Lorette plus tôt. Une visite en fin de semaine aurait été un geste inutile et uniquement politique, a-t-il affirmé. « J'aurais été là et vous m'auriez filmé. Pendant ce temps-là, en fin de semaine, je travaillais et j'étais au courant. [...] C'est ben beau aller faire de la politique, mais il faut être utile. »

PLUS:rc