NOUVELLES

Atteint de la maladie de Lou Gehrig, un patient ne veut pas mourir

05/06/2013 10:55 EDT | Actualisé 05/08/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Durement affecté par la maladie dégénérative de Lou Gehrig, Frank Humphrey, un Montréalais devenu tétraplégique qui est continuellement branché sur respirateur, tient néanmoins à la vie.

Âgé de 65 ans, il vit chez lui, dans l'arrondissement Lachine. Il reçoit ses soins à la maison, de même que la visite d'infirmières et sa famille peut le voir à loisir.

En raison de son état de santé, il correspond parfaitement à la description d'un candidat à l'euthanasie, mais il refuse de considérer cette option.

Mercredi, en présence de sa femme Daria et du Dr Paul Saba, son médecin de famille, Frank Humphrey a voulu exprimer que la maladie ne l'empêchait pas de vouloir continuer à vivre.

Le Dr Saba reconnaît que la maladie de Lou Gehrig est difficile puisque le patient demeure parfaitement lucide, même si son corps ne suit plus.

Le Dr Paul Saba est aussi co-président de la Coalition des médecins pour la justice sociale. Il milite pour qu'on assure aux patients une qualité de vie pour eux et leur famille et invite le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, à faire des soins à domicile plus qu'une simple préoccupation.

Tant M. Humphrey que le Dr Saba souhaitent que Québec prenne des engagements concrets pour permettre aux patients gravement malades de mourir dans la dignité, sans souffrir et avec des soins palliatifs bonifiés.

PLUS:pc