NOUVELLES

USA: ouverture du procès de 3 pirates somaliens encourant la peine de mort

04/06/2013 09:20 EDT | Actualisé 04/08/2013 05:12 EDT

Le procès de trois pirates somaliens qui encourent la peine de mort pour le meurtre de quatre Américains lors de la prise de leur yacht au large d'Oman s'est ouvert mardi à Norfolk en Virginie, dans l'est des Etats-Unis.

L'accusation a déjà indiqué qu'elle chercherait à obtenir la peine capitale contre Ahmed Muse Salad, Aboukar Osmane Beyle et Chani Nourani Chiek Abrar, formellement accusés en 2011 d'enlèvement, de prise d'otages et de meurtre, des inculpations s'ajoutant aux charges de "piraterie" pour lesquelles ils étaient déjà poursuivis.

"Ce procès va être très long" et devrait durer "au moins cinq à six semaines", a reconnu la juge Rebecca Beach Smith.

Assis derrière leurs défenseurs respectifs, les trois accusés ont assisté mardi, avec l'aide de deux traducteurs, au début de la sélection des jurés.

Une centaine de noms figure sur la liste des potentiels témoins qui pourraient être appelés à la barre --parmi eux, des soldats américains, des agents du FBI, des experts médicaux ou encore des proches des victimes.

Les trois accusés faisaient partie d'un groupe de 19 pirates qui avaient pris le yacht Quest le 18 février 2011 à 240 milles nautiques (environ 440 km) au sud-est de la côté d'Oman.

Armés de fusils d'assaut et de lance-grenades, d'échelles pour aborder les bateaux, le groupe oeuvrait à partir d'un navire yéménite et possédait également un petit skiff pour se déplacer rapidement.

Jean et Scott Adam, un couple de retraités californiens âgés respectivement de 66 et 70 ans, naviguaient depuis sept ans à bord de ce yacht. Pour cette croisière les menant de l'Inde à Djibouti, ils avaient convié à bord un couple d'amis de Seattle, Phyllis Macay et Bob Riggle.

Deux jours après la prise du bateau à voile, les pirates, qui se dirigeaient vers la Somalie, avaient été rejoints par deux navires de guerre américains dont le porte-avions Enterprise.

Selon les avocats de la défense, Scott Adam avait alors exhorté par radio les marins américains de ne pas s'approcher pour éviter une réaction violente de leurs preneurs d'otages. Selon le département de la Justice, c'est sous la menace de Chani Nourani Chiek Abrar que Scott Adam avait alors fait cette demande.

Deux des pirates étaient malgré tout montés à bord d'un destroyer américain pour prendre part à des négociations. Selon la défense, quand ils ont refusé l'offre qui leur avait été faite de libérer les otages mais de conserver le yacht, ils ont été interpellés à bord du navire américain.

Selon des documents judiciaires, la marine américaine s'est alors approchée du Quest, un pirate a tiré une roquette dans sa direction et une fusillade a éclaté. Un commando des Navy Seals a ensuite pris d'assaut le yacht, où les quatre passagers américains avaient déjà été tués par les pirates, selon l'accusation. Quatre pirates ont perdu la vie dans l'assaut.

Au total, 14 pirates --13 Somaliens et un Yéménite-- ont été inculpés pour des faits de piraterie dans cette affaire, mais seuls les trois dont le procès a débuté mardi sont poursuivis pour enlèvement, prise d'otages et meurtre et encourent la peine de mort.

Onze de leurs complices ont plaidé coupable, la majorité d'entre eux ayant été condamnés à la prison à perpétuité.

rom-mdm/jca

PLUS:afp