NOUVELLES

Une centaine de cybercafés publics ouvrent leurs portes à Cuba

04/06/2013 06:39 EDT | Actualisé 04/08/2013 05:12 EDT

LA HAVANE, Cuba - Des Cubains ont fait la file, mardi, pour utiliser des ordinateurs nouvellement connectés au réseau Internet mondial, alors que les autorités ont commencé à offrir des connexions à Internet dans plus de 100 cybercafés publics de l'île.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de l'ouverture technologique graduelle du gouvernement communiste cubain. Mais une heure de connexion à Internet coûte environ un cinquième du salaire mensuel moyen à Cuba, et ce nouveau service risque de rester hors de portée pour la majorité des Cubains.

«C'est une grande possibilité. C'est minimal pour l'instant, mais elle existe», a estimé Ariel Valdes, un artiste de 38 ans qui a été parmi les premiers à se prévaloir du service dans un cybercafé de la Vieille Havane.

Malgré la pluie persistante mardi matin, des dizaines de personnes se sont présentées dans les cybercafés de la capitale pour se connecter à Internet. Les postes de travail ont été peints aux couleurs d'Etecsa, la société nationale de télécommunications qui fournit le service.

Certains utilisateurs se sont ouvert un compte d'accès permanent, qui leur donne accès à une adresse de courriel personnelle. D'autres ont choisi le paiement à l'heure et ont téléchargé des pages étrangères comme Yahoo! sur leur écran.

«Pour nous, c'est un service qui nous permet d'accéder à Internet et à beaucoup d'informations qui étaient difficiles à obtenir auparavant», a déclaré Alberto Tamargo, un dentiste de 33 ans.

Seulement 2,9 pour cent des Cubains ont rapporté avoir accès à Internet, selon les plus récentes données gouvernementales disponibles. Mais des analystes externes estiment que la vraie proportion est probablement de 5 à 10 pour cent, en tenant compte des accès téléphoniques à la minute vendus sur le marché noir.

Mais à 4,50 $ US l'heure, le nouveau service sera probablement trop cher pour de nombreux Cubains, dont le salaire est d'environ 20 $ US par mois.

«Espérons qu'ils élargissent l'offre et que cela permette de diminuer le prix», a souhaité Ariel Valdes. Il a comparé l'arrivée d'Internet à l'arrivée des téléphones cellulaires à Cuba.

Quand les Cubains ont été autorisés à posséder un téléphone cellulaire, en 2008, il en coûtait 100 $ US pour ouvrir un compte. Aujourd'hui, ouvrir un compte ne coûte que 15 $ US, et environ 1,3 million de Cubains possèdent un cellulaire, selon les statistiques de 2011.

L'accès à Internet à domicile continue d'être réservé à une petite minorité de Cubains. Certains hôtels pour touristes étrangers disposent d'une connexion sans fil inégale qui coûte environ 8 $ US l'heure.

L'accès à Internet reste une question très politique à Cuba. Les opposants du gouvernement de Raul Castro l'accusent de limiter l'accès au Web pour tenter de contrôler la population.

Mais le gouvernement affirme qu'il s'agit d'un problème technique et qu'il n'a pas les infrastructures nécessaires pour soutenir des connexions à Internet dans tout le pays.

L'ouverture des nouveaux cybercafés à Cuba a été rendue possible par l'installation d'un premier câble numérique sous-marin en provenance du Venezuela, il y a deux ans. Le câble a commencé à acheminer des données au mois de janvier.

PLUS:pc