NOUVELLES

Stérilisation inadéquate à l'Hôtel-Dieu de Lévis : les autres hôpitaux conformes (VIDÉO)

04/06/2013 05:24 EDT | Actualisé 11/06/2013 04:48 EDT

Québec confirme qu'après avoir procédé à des vérifications, les quatre hôpitaux qui utilisent le même équipement d'écho-endoscopie qu'à l'Hôtel-Dieu de Lévis ont confirmé que l'entretien et la stérilisation de leurs appareils sont faits de façon adéquate.

Plus tôt en journée, le ministre de la Santé Réjean Hébert avait demandé à ces hôpitaux de vérifier si les procédures de stérilisation avaient toujours été respectées.

La direction de l'Hôtel-Dieu de Lévis a indiqué lundi qu'environ 1000 patients devront retourner à l'hôpital pour subir des tests de dépistage préventif du VIH et des hépatites B et C, après avoir subi un examen du tube digestif à l'aide d'un écho-endoscope linéaire mal désinfecté.

Quatre hôpitaux utilisant la même technologie qu'à Lévis étaient visés, soit trois à Montréal et le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).« L'Hôtel-Dieu de Lévis a été le premier à détecter qu'il puisse y avoir un problème », avait précisé le ministre Hébert.

La période où les examens ont été menés avec l'appareil mal désinfecté s'échelonne du 14 juin 2005 au 1er mai 2013.

Une ligne téléphonique a été mise à la disposition des patients mardi. Le numéro de téléphone du Centre d'appel de l'Hôtel-Dieu de Lévis est le 1-888-835-7105.

L'opposition réagit

De leur côté, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, et le chef de l'opposition, le libéral Jean-Marc Fournier, s'entendent pour dire que la situation est inquiétante.

« C'est très inquiétant, surtout que ça pourrait se reproduire dans d'autres hôpitaux, donc il faut s'assurer qu'il y a pleine transparence. Il faut donner d'heure en heure toute l'information parce qu'on comprend qu'il y a des gens qui peuvent être très inquiets », a dit François Legault.

« C'est bien sûr que ça laisse une inquiétude chez les patients. Est-ce qu'on doit être paralysé à partir de maintenant pour ouvrir la porte d'un hôpital? La réponse, c'est non », a affirmé pour sa part Jean-Marc Fournier.