NOUVELLES

Spo et Pop: Deux entraîneurs d'expérience s'affrontent en finale de la NBA

04/06/2013 06:39 EDT | Actualisé 04/08/2013 05:12 EDT

MIAMI - À part être fréquemment appelé simplement par la première syllabe de leur nom de famille, les deux entraîneurs qui s'affronteront dès jeudi lors de la finale de la NBA semblent être complètement différents.

Évidemment, ils seraient probablement en désaccord avec cette affirmation.

Erik Spoelstra, qui dirige le Heat de Miami, aime porter de beaux complets et est fasciné par les statistiques. Gregg Popovich, l'entraîneur des Spurs de San Antonio, évite souvent les cravates et préfèrerait répondre à des questions sur le vin plutôt que des questions à son sujet.

Les deux sont discrets dans leur vie privée, mais même dans une finale de la NBA remplie de joueurs étoiles — le trio de vedettes du Heat, le trio de vedettes des Spurs, le quadruple joueur par excellence LeBron James, le quadruple champion de la NBA Tim Duncan — les deux entraîneurs se retrouveront sous les feux de la rampe.

À leur grand malheur, Spo et Pop seront sous les projecteurs.

Spoelstra se retrouve en finale pour une troisième année de suite et tente de remporter un deuxième championnat consécutif. Popovich est à la recherche d'un cinquième titre en carrière, le dernier ayant été obtenu en 2007 face à James et aux Cavaliers de Cleveland. Popovich pourrait rejoindre Phil Jackson en tant que seuls entraîneurs à avoir gagné un titre lors de trois décennies différentes.

Jackson, Red Auerbach, John Kundla et Pat Riley — le mentor et patron de Spoelstra à Miami — sont les seuls entraîneurs à avoir gagné cinq championnats.

«Peut-être que je ne le démontre pas comme je le devrais, mais c'est plutôt spécial», a admis Popovich après que son équipe eut éliminé les Grizzlies de Memphis en finale de l'Ouest. «Je suis fier du groupe, de la manière dont il a travaillé toute l'année afin d'en arriver ici.»

Les deux hommes ont différentes techniques pour inspirer leur troupe dans leur vestiaire respectif: une citation d'un tailleur de pierre pour les Spurs, les mots «All In» gravés sur une réplique du trophée des champions pour le Heat. La loyauté est importante pour les deux entraîneurs, la preuve est que ni l'un ni l'autre n'a changé d'employeur en près de deux décennies.

Après tout, peut-être ne sont-ils pas si différents.

«Les deux équipes ont de grands entraîneurs-chefs. De bons personnels d'entraîneurs, a mentionné l'arrière du Heat Dwyane Wade. Ils vont préparer leur équipe du mieux possible. Évidemment, les Spurs ont leur système. Évidemment, il y a certains joueurs qui excellent dans ce système, qui jouent dans ce système depuis des années. Ce n'est pas une surprise.

«Nous allons devoir faire des ajustements à chaque match, tout au long de la série.»

PLUS:pc