DIVERTISSEMENT

Tapis rouge de «Sarah préfère la course»: un vent de la Croisette (PHOTOS/VIDÉO)

04/06/2013 10:01 EDT | Actualisé 04/06/2013 12:39 EDT

Il y avait comme un parfum de Méditerranée hier sur le tapis rouge de la première de Sarah préfère la course de Chloé Robichaud. Il faut dire que le long métrage, qui sort en salles ce vendredi au Québec, est encore tout auréolé de son récent passage à la prestigieuse section Un certain regard, au dernier Festival de Cannes. Alors, pourquoi ne pas faire durer le plaisir?

«Je suis vraiment contente de présenter Sarah préfère la course aux Montréalais, c’est un moment important», a déclaré la cinéaste tout sourire. Entourée de toute sa distribution, la jeune femme de 25 ans s’est dite satisfaite du chemin parcouru. «Je veux maintenant que mon film ait une belle vie auprès du public», a-t-elle souhaité.

Chloé Robichaud a très tôt été comparée à Xavier Dolan. À l’instar du réalisateur de J’ai tué ma mère et de Laurence Anyways, son premier film Sarah préfère la course a été lui aussi sélectionné à Cannes à un âge plutôt précoce. «Hormis nos âges, nous sommes en fait très différents. D’un point de vue cinématographique, nous ne faisons pas le même genre de films. Mais je tiens à remercier Xavier qui a ouvert aux jeunes cinéastes les portes de l’international», a-t-elle précisé.

Œuvre introspective, Sarah préfère la course se situe en effet à des années-lumière des œuvres de Dolan. On y fait la connaissance de Sarah qui part de sa banlieue morose pour la Métropole afin de réaliser son rêve le plus cher: devenir une athlète de course de demi-fond. La fille se retrouve vite incomprise par son entourage qui lui reproche son asociabilité et sa maladresse lorsqu’il s’agit pour elle d’exprimer ses émotions.

«Le cinéma est le miroir du monde. Des femmes comme Sarah ont aussi leur place dans les films, et avoir la chance de l’incarner au grand écran a été pour moi une expérience émouvante. Un personnage tout en nuance qui m’a également permis d’explorer des choses que je n’ai jamais eu l’habitude de faire auparavant», a déclaré son interprète, Sophie Desmarais.

L’actrice tient à nous présenter Nadia Rochefort, une coureuse de fond de haut niveau. «Elle m’a beaucoup aidée et épaulée durant le tournage du film. Je suis très contente qu’elle soit là ce soir, c’est mon moment fort de la journée!», a-t-elle dit.

Comme son titre l’indique, la course a en effet une certaine importance dans le film. Tout au long de l’œuvre, le sport y est d’ailleurs omniprésent. Sophie Desmarais a dû s’entraîner dur pour incarner devant la caméra une véritable athlète. Ce qui fut aussi le cas pour Ève Duranceau, une habituée des œuvres de la réalisatrice. La comédienne campe sur pellicule la collègue de Sarah.

«Mon personnage est davantage une présence qui la confronte. Je suis la vétérane de l’équipe, alors j’ai eu la chance de faire tous les entraînements. Mon plus grand souvenir de tournage reste cette course en pleine nuit avec les vraies coureuses, c’était extraordinaire», a-t-elle raconté.

Pour Jean-Sébastien Courchesne qui interprète le coloc de Sarah, le film aura été une fantastique aventure qui l’aura mené à Cannes et à travers tout le Québec. «Je n’ai pas encore une idée claire et précise de ce qui m’arrive. C’est impossible d’avoir le recul nécessaire. Dans un mois, je vais peut-être commencer à comprendre tout cela. En attendant, je prends chaque instant, car bientôt ce sera retour à la vie normale», a-t-il affirmé.

En attendant, la productrice Fanny-Laure Malo espère que le long métrage franchira avec succès le test du public. «Je vous avouerais que je suis assez nerveuse ce soir, car on ne veut pas décevoir. Mais, on ressent tout un bonheur immense d’être chez nous avec nos amis et toutes les personnes qui ont collaboré à ce merveilleux film. On est tous très fiers du travail accompli.»

Sarah préfère la course – Les Films Séville – Drame sportif – 142 minutes – Sortie en salles le 7 juin 2013 – Canada, Québec.

À lire: l'entrevue de Chloé Robichaud>>

INOLTRE SU HUFFPOST

«Sarah préfère la course»: le tapis rouge
«Sarah préfère la course»