NOUVELLES

Le petit monde de «Mad Men», saison 5, confronté à une société en ébullition

04/06/2013 05:08 EDT | Actualisé 04/08/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - À la cinquième saison de «Mad Men», Don Draper (Jon Hamm) célèbre ses 40 ans dont on se souviendra grâce au «Zou Bisou Bisou», véritable ver d’oreille, que Megan (Jessica Paré), son épouse canadienne, lui chante en présence de tous ses amis et collaborateurs réunis dans leur superbe appartement, une fête-surprise que le quadragénaire n’apprécie pas.

Est-ce une conséquence du temps qui fait son œuvre, des affaires qui sont moins florissantes ou de son mariage avec Megan également impliquée dans l’agence de publicité, mais, indéniablement, Don semble s’assagir. Par contre, au milieu des années 1960, un raz-de-marée envahit la société: du Black Power au LSD en passant par l’avènement des Beatles, de la guerre du Vietnam et de la mini-jupe, la vie s’accélère.

À l’agence, on fume, on boit, on couche sans égard pour l’amour, on tente de se redéfinir dans une société en mouvance sans toutefois perdre de vue cet insoutenable désir de réussite. Et voilà que Don Draper, plus seul que jamais, doit composer avec un entourage désabusé. La série de 13 épisodes débute à Télé-Québec, le mercredi 12 juin, 20h.

L’homosexualité n’est pas un choix

Marie-Claude Barrette termine la trilogie de «Simplement vedette», le lundi 10 juin, à 20 h, au Canal Vie. Après la dépression et les dépendances, la confidente de nos artistes se penche sur l’homosexualité en rencontrant quatre personnalités du petit écran qui racontent leurs parcours jusqu’à aujourd’hui.

Pour certains, l’annonce de leur homosexualité n’est pas de tout repos. Jasmin Roy qui combat l’intimidation dans les écoles en sait quelque chose. Il revient sur les lieux où il a subi toutes les humiliations possibles à cause de sa «différence» et ne peut en parler sans ressentir à nouveau, toute l’émotion suscitée par l’adversité qu’on lui réservait. D’autre part, pour Alex Perron et Monique Giroux, la route fut moins sinueuse. D’ailleurs Monique Giroux le dit : «Lesbienne et heureuse, ça se peut!» et plus les gens connus afficheront leur camp, plus les jeunes homosexuels auront des appuis pour s’assumer.

L’émission débute avec Kevens-Kyle Lambert, un ancien participant de «Loft Story» dont la démarche va encore plus loin. Pour ce natif de la Gaspésie, la famille est sa priorité. Avec Antonio, son conjoint, ils sont parents d’un petit garçon et espèrent la venue d’un deuxième enfant, fille ou garçon sans préférence.

Au nom du pétrole

«Le Nouveau Grand Jeu», documentaire d’Alexandre Trudeau, présenté l’an dernier dans le cadre du Festival des films du monde, trace l’itinéraire des pétroliers selon les enjeux de la Chine et de l’Inde, de nouveaux dominants, qui s’ajoutent aux bouleversements dans les pays arabes. Ce qui se traduit, côté pratique, par des risques accrus d’attaques de pirates somaliens. Ainsi, pour traverser, entre autres, l’incontournable détroit d’Ormuz, l’équipage comprend maintenant des gardes armés, le navire est entouré de rouleaux de barbelés et des jets d’eau sont utilisés pour repousser les assaillants. À «Zone Doc», le vendredi 14 juin, 21h, à Radio-Canada.

À «Spécimen / L’ivresse du pouvoir», on ne sera pas surpris d’apprendre que oui, le pouvoir peut faire perdre la tête. On constate, grâce à une série de mises en scène à quel point détenir un titre ou posséder de l’argent peuvent changer une personnalité timide en leader averti. Instantanément, la perception de soi et des autres change. Finies les inhibitions, on ne se gêne pas pour dépasser les bornes, le pouvoir rend invincible, exigeant, dirait-on. On suggère les noms de Berlusconi, DSK et Kadhafi à titre d’exemples. À TV5, le mercredi 12 juin, 22h.

Tom Hanks et Steven Spielberg ont uni leur talent pour produire «Le Pacifique», série de 10 épisodes présentée à Historia, le jeudi 13 juin, 22h. Nous suivons les soldats américains, lors de la Seconde Guerre mondiale, alors que poussés par leur élan patriotique et leur courage, ils doivent combattre la peur qui leur colle à la peau pour traquer l’ennemi japonais dans des jungles sinistres, des plages rouges de sang. Pour avoir coûté la vie à plusieurs combattants, les autres en reviendront blessés, physiquement, et à jamais, psychologiquement.

À RADIO-CANADA: il semble que rien ne va plus au sein de l’organisme Développement et Paix centré sur la solidarité internationale. Les restrictions budgétaires imposées par le gouvernement Harper et une révision de la philosophie du mouvement opposent évêques, personnel et membres qui en font partie depuis vingt ans et davantage. À «Second Regard», ce dimanche, 13h30. Ce dimanche, 21h, dans «On prend toujours un train pour la vie», Josélito Michaud s’entretient avec Charles Dubois, un caméraman de Radio-Canada qui a perdu une jambe dans l’explosion d’une mine, alors qu’il accompagnait le journaliste Patrice Roy, en reportage en Afghanistan.

À TVA: Chantal Lacroix accompagne Louis-François Marcotte, campé dans la cuisine de Bistro DT sur Child, à Coaticook pour «Signé M sur la route», le mercredi 12 juin, 19h30.

À TÉLÉ-QUÉBEC: Leonardo Di Caprio et Johnny Depp sont les principaux interprètes de «Qui est Gilbert Grape». L’aîné d’une famille dont le père s’est suicidé et la mère immobilisée dans son salon à cause d’une obésité morbide, doit assumer la responsabilité de son jeune frère mentalement handicapé, le jeudi 13 juin, 21h. À «Une pilule, une petite granule», on aborde les multiples facettes de la maladie de Lou Gehrig (sclérose latérale amyotrophique), qui ne manque pas de soulever la possibilité du suicide assisté. Il sera également question de la personnalité narcissique, de plus en plus fréquente dans cette société individualiste, le jeudi 13 juin, 20h.

À ARTV: «Belles-sœurs toujours aussi vraies» arrive au constat que la pièce classique de Michel Tremblay est toujours actuelle quelque quarante ans après sa création, alors qu'elle est remaniée sous forme de drame musical par René-Richard Cyr et Daniel Bélanger. On retrouve quinze femmes, réunies dans la cuisine de l’une d’elles pour une séance de «collage de timbres», qui devient l’occasion de parler de leur mal de vivre, ce dimanche, 21h. Aux «Grands Reportages» de vendredi 14 juin, 20h, Gilles Latulippe parle de sa passion pour le vaudeville, à laquelle il a consacré sa vie.

AU CANAL D: il faut avoir le cœur bien accroché pour suivre les enquêteurs de «Rescousse animal: Houston». Appelés à secourir des animaux mal en point parce que négligés par leur propriétaire, on trouve un berger allemand avec une énorme masse ouverte qui lui pend au cou, d’autres chiens avec un collier qui les étrangle, des chats abandonnés dans une maison absolument répugnante, des chevaux laissés à eux-mêmes et anémiés. On constate donc qu’il n’y a aucune limite à la bêtise humaine, le mercredi 12 juin, 19h.

PLUS:pc