NOUVELLES

L'ASFC dépose des accusations contre deux hommes pour contrebande de faux Viagra

04/06/2013 02:08 EDT | Actualisé 04/08/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'attrait des Viagra, Cialis et autres substances pour le traitement de la dysfonction érectile ne se dément pas, au point où les escrocs multiplient les stratagèmes afin d'en tirer profit.

Deux Montréalais, Alain Richer et Alain Elmaleh, ainsi que 12 entreprises appartenant à ce dernier, font face à 37 chefs d'accusation pour avoir importé en contrebande d'importantes quantités de produits destinés au traitement de la dysfonction érectile.

Il s'agit de produits contenant du tadalafil, soit le même ingrédient actif que ce que l'on retrouve dans les traitements homologués contre la dysfonction érectile. Sauf que ces produits, importés de Chine et vendus sous divers noms évocateurs, sont introduits au pays en contrebande, ne sont pas homologués par Santé Canada et leur contenu n'est soumis à aucun contrôle de qualité.

Ces produits étaient destinés à être vendus sans ordonnance sur Internet et dans les boutiques érotiques de M. Elmaleh situées au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, en Ontario et en Colombie-Britannique.

L'enquête avait débuté à la suite de la saisie de 130 000 comprimés dans la section cargo de l'aéroport Montréal-Trudeau en juillet 2011. Un an plus tard, en juin 2012, des perquisitions au siège social des entreprises de M. Elmaleh avaient permis la saisie de 120 000 autres comprimés.

Les accusations déposées ont trait à des infractions à la Loi sur les douanes, à la Loi sur les aliments et drogues et au Code criminel.

Les accusés sont passibles d'amendes pouvant atteindre 500 000 $ et de peines maximales de 5 ans de pénitencier.

Précision au sujet de M Alain Elmaleh et de l'Agence des Servcies Frontaliers du Canada

En réaction aux articles publiés par divers médias dans la journée du 4 juin 2013 rapportant le dépôt par l’Agence des services frontaliers du Canada de 37 chefs d’accusation à l’encontre de M. Alain Elmaleh et de certaines compagnies qu’il conduit, et de M. Alain Richer, relatifs à l’importation de produits contenant de la Tadalafil, substance destinée au traitement de la dysfonction érectile.

Mr Elmaleh et Mr Richer n'ont pas étés accusés d'avoir importé, distribué ni vendu de faux viagras.

M. Elmaleh tient à souligner qu’il a toujours coopéré avec l’Agence des services frontaliers durant l’enquête et que, contrairement à ce qui a été rapporté par certain médias, ni lui, ni M. Alain Richer n’ont été arrêtés ni même fait l’objet de mandats d’arrestation. En fait, ces derniers ont appris l’existence de ces chefs d’accusation par l’entremise des médias et attendent toujours les sommations qui leurs seront vraisemblablement envoyées.

M. Elmaleh et les compagnies impliquées jouissent de la présomption d’innocence et entendent démontrer qu’ils ont toujours agi de leur meilleure bonne foi et qu’ils ne sont aucunement coupables des gestes qui leurs sont reprochés. En effet, M. Elmaleh fait affaire dans la distribution de produits divers, entre autres des produits de bien-être, suppléments pour hommes, appareils de massage personnel et autres produits pour adultes depuis plusieurs décennies et rien dans les informations transmises par ses fournisseurs de suppléments naturels ou dans les informations contenues sur les emballages de ces produits ne pouvait lui permettre de savoir que ces derniers contenaient les substances règlementées mentionnées par l’Agence des services frontaliers du Canada.

PLUS:pc