DIVERTISSEMENT

Émanuelle Robitaille animera la journée « Différents comme tout le monde »

04/06/2013 05:40 EDT | Actualisé 05/06/2013 11:59 EDT
Agence QMI

Quelques mois après avoir chanté devant 2,5 millions de téléspectateurs sur une base régulière à l’émission La Voix, Émanuelle Robitaille revient à l’avant-scène à titre d’animatrice, chanteuse et marraine de la sixième édition de la journée « Différents comme tout le monde », organisée le 6 juin prochain dans le cadre de la Semaine des personnes handicapées.

Elle-même confinée à un fauteuil roulant depuis qu’une tumeur s’est attaquée à sa moelle épinière lorsqu’elle était toute petite, la chanteuse prône aujourd’hui l’abolition du concept de normalité. « Il y a autant de différences que d’êtres humains sur la planète. L’idée qu’on est « différents comme tout le monde » est la meilleure façon de décrire l’humanité et d’encourager les gens à s’accepter dans tout ce qu’ils sont. C’est éloquent et évocateur », soutient-elle.

Lorsqu’il est question du comportement de la population face aux handicapés, Émanuelle Robitaille déplore l’habitude qu’on certaines personnes à distinguer le « nous » du « eux », en faisant référence aux handicapés. « Dans les termes utilisés ou la façon d’aborder certains sujets, on laisse croire à une délimitation entre les deux. Pourtant, on n’agit pas de la même façon avec un détail banal comme les blonds en opposition aux roux ou aux bruns. Il faut éviter que certaines caractéristiques créent des groupes de ce genre. »

Néoracisme

La jeune femme de 27 ans remarque également une incohérence entre le discours et l’attitude de certains face à la différence, peu importe sa nature. « Sans le savoir, plusieurs soutiennent le néoracisme, qui consiste à prôner le non-racisme, pourvu que ça ne soit pas dans leur cour. C’est la même chose avec l’homosexualité : les gens se disent ouverts, mais ils ne veulent surtout pas avoir un gai dans leur famille ou voir deux personnes de même sexe s’embrasser. En général, les gens savent vers quoi ils doivent tendre, mais est-ce qu’on est tous rendus là ? J’ai des doutes. »

Le 6 juin prochain, dès 11 h, le parc Émilie-Gamelin sera l’hôte de kiosques, d’activités, de théâtre de rue et de spectacles musicaux (Pascale Picard, Les 3 Doums, un hommage aux Colocs, La Gang à Rambrou, Les Muses, Jérémie Droulers, Stéphane Nadon, NomadUrbains, Bertrice, Droulers, Les Zincroyables) visant à donner une plus grande visibilité aux handicapées. « C’est important de faire connaître cette réalité et de la normaliser », résume Robitaille. En plus de guider les participants tout au long de la journée en présentant les activités et les différentes prestations, elle profitera de l’occasion pour chanter Dirty Man et Gravity avec un autre ancien de La Voix, Jael Bird Joseph.

Un album en préparation

Occupée ces jours-ci à monter un spectacle de reprises de chansons à la fois vintage et actuelles qu’elle espère offrir un peu partout durant l’été et à l’automne, la chanteuse est en pourparlers avec des gens de l’industrie afin de produire un premier album de matériel original. « Ce serait quelque chose de très soul, groovy et funky. J’aimerais entendre des tonalités à la Adele, Amy Winehouse et du motown remis à jour, avec plusieurs envolées vocales. Ça va sonner fort ! Mais je veux aussi me faire plaisir avec des chansons plus introspectives du style piano-voix. »

Désirant se consacrer entièrement à la musique, Émanuelle Robitaille a dû mettre de côté sa thèse de doctorat en psychologie sur le jeu pathologique chez les jeunes à risque. « Après 12 ans d’études postsecondaires, ça me fait le plus grand bien de me consacrer à autre chose. Je n’ai plus de clients depuis janvier. C’est certain que ça va me manquer, mais je ne serais pas aussi impliquée et passionnée que je voudrais l’être si je continuais en mettant la musique de côté. Peut-être que j’y retournerai un jour… »

INOLTRE SU HUFFPOST

Valérie Carpentier grande gagnante de La Voix