NOUVELLES

USA: le procès de l'ex-parrain de la mafia de Boston s'ouvre enfin

03/06/2013 12:47 EDT | Actualisé 03/08/2013 05:12 EDT

Deux fois reporté, le procès très attendu de l'ex-parrain de la mafia irlandaise de Boston, James "Whitey" Bulger, 83 ans, arrêté après une cavale de 16 ans et poursuivi notamment pour 19 meurtres, doit s'ouvrir mardi à Boston, dans le nord-est des Etats-Unis.

La sélection de 18 jurés parmi 675 personnes doit durer plusieurs jours. Le procès proprement dit doit en principe démarrer le 10 juin et pourrait durer jusqu'en septembre.

Bulger, également accusé d'extorsion, de blanchiment d'argent et de trafic d'armes, faisait partie de la liste des 10 fugitifs les plus recherchés par le FBI lorsqu'il a été arrêté en Californie en juin 2011.

Cet ancien informateur du FBI accusé d'avoir tué 19 personnes entre 1972 et 2000 --des rivaux de la mafia ou des témoins gênants-- y vivait sous un faux nom avec sa compagne Catherine Greig, de 22 ans sa cadette. Celle-ci a été condamnée en juin 2012 à 8 ans de prison après avoir plaidé coupable d'avoir protégé le fugitif.

Bulger, qui avait commencé sa "carrière" à 14 ans, fascine bien au-delà de Boston. Barbe blanche soignée --il l'avait cependant rasée lors de sa dernière apparition au tribunal--, il a inspiré le personnage incarné par Jack Nicholson dans le film "Les Infiltrés" de Martin Scorsese, et de nombreux livres lui sont consacrés.

Il sera également bientôt incarné par l'acteur Johnny Depp dans le film "Black Mass" ("Messe noire"), de Barry Levinson.

Sa chute est à l'image de sa vie, invraisemblable.

En juin 2011, le FBI relance un appel à témoins, concentré sur Catherine Greig, sa compagne évaporée de Boston en même temps que lui en décembre 1994. Voyant la photo de Greig, une actrice appelle le FBI depuis Reykjavik. Cette ancienne Miss Islande 1974 explique qu'elle a vécu dans le même quartier de Santa Monica que le couple, et a fait connaissance avec Catherine Greig en discutant d'un chat abandonné.

Anna Bjornsdottir recevra deux millions de dollars pour cette information qui permettra l'arrestation du couple.

Dans leur petit appartement californien, la police découvrira 822.000 dollars en cash cachés dans les murs, et plus de 30 armes à feu, ainsi que des livres écrits sur Bulger et un manuscrit qu'il a écrit sur sa vie.

Lors du procès, quelque 80 témoins devraient être cités à la barre, et 1.000 éléments présentés. Parmi les témoins que souhaite présenter la défense, figurent notamment l'ancien gouverneur du Massachusetts --Etat où est situé Boston-- William Weld et le directeur sortant du FBI Robert Mueller.

Dans la salle, le frère de Bulger, William Bulger, ancien président démocrate du Sénat du Massachusetts et président de l'université de l'Etat aura sa place attitrée.

Et une salle annexe permettra aux nombreux journalistes attendus de suivre les débats en direct en vidéo.

La relation de Bulger avec le FBI et le département de la Justice devrait assurer des débats animés. L'accusation affirme que Bulger a fui Boston en décembre 2004, après avoir été informé par un agent du FBI retraité qu'il allait être inculpé le mois suivant de racket, avec son complice d'alors Stephen Flemmi.

Celui-ci témoignera contre Bulger. Flemmi, qui a plaidé coupable de 10 meurtres, ce qui lui a valu la réclusion à perpétuité, accuse notamment Bulger d'avoir étranglé devant ses yeux sa compagne de 26 ans, car elle connaissait la relation des deux hommes avec le FBI.

La coopération de Bulger avec le FBI pour faire tomber les gangs rivaux aurait duré de 1975 à 1990. Selon l'un de ses avocats, J.W. Carney, il s'était vu promettre l'immunité en échange de cette coopération.

Bulger a plaidé non coupable en juillet 2011.

Son procès a été repoussé une première fois à mars 2013, puis une deuxième fois à juin, après que Bulger eut été brièvement hospitalisé en novembre dernier pour des douleurs à la poitrine.

str-bd/mdm

PLUS:afp