NOUVELLES

Procès de Gbagbo à la CPI: les juges critiquent le travail des procureurs

03/06/2013 01:15 EDT | Actualisé 03/08/2013 05:12 EDT

LA HAYE, Pays-Bas - Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont retardé, lundi, leur décision sur la possibilité de juger l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo pour son implication présumée dans les violences post-électorales, demandant aux procureurs d'étoffer leur dossier.

Cette décision représente un nouveau revers pour les procureurs de la CPI, qui ont récemment assisté à l'acquittement d'un suspect congolais et ont dû abandonner les accusations contre un haut responsable kényan à cause d'un manque de preuves.

Les juges ont critiqué les preuves présentées par les procureurs lors d'une précédente audience visant à déterminer si leur dossier était suffisamment étoffé pour justifier la tenue d'un procès contre Laurent Gbagbo.

Dans leur décision présentée par écrit, les juges critiquent les procureurs pour avoir eu recours, à de multiples reprises, à des informations fournies par des médias et des organisations non gouvernementales. Les juges estiment que de telles preuves «ne peuvent en aucun cas être présentées comme les fruits d'une enquête complète et appropriée».

PLUS:pc