NOUVELLES

Céline Geoffret condamnée à 15 mois de détention dans la collectivité

03/06/2013 02:53 EDT | Actualisé 02/08/2013 05:12 EDT

Une fraudeuse qui a presque mis un organisme de bienfaisance sur la paille a reçu sa peine, lundi. Céline Geoffret est condamnée à purger 15 mois de détention dans la collectivité après avoir fraudé l'Organisation québécoise des personnes atteintes de cancer (OQPAC).

Au moment où elle était la directrice et seule employée de l'organisme, Mme Geoffret a fraudé pour plus de 65 000 $ à l'aide d'une carte de crédit et de faux chèques. L'argent a servi, entre autres, à payer des frais de vétérinaire en plus de permettre à la fraudeuse de faire un voyage dans la région de Boston.

Après avoir mis au jour la fraude, l'OQPAC a dû mettre fin à ses activités pendant plusieurs mois, faute de fonds. L'organisme a depuis repris ses activités de soutien aux cancéreux.

Plusieurs bénévoles de l'organisme étaient dans la salle d'audience lundi pour assister au prononcé de la peine de Céline Geoffret. Ils ont noté que la femme de 41 était souriante au moment où elle attendait de connaître son sort.

Lors de ses 15 mois de détention, Mme Geoffret pourra sortir de sa résidence pour effectuer des travaux communautaires. Elle est condamnée à aider un organisme pendant 150 heures puisqu'elle n'a pas remboursé un seul sou de sa fraude.

Elle pourra aussi quitter sa demeure pour suivre une thérapie.

La cour lui interdit aussi d'occuper une fonction chez un employeur ou un organisme qui lui permettrait de manipuler des montants d'argent.

Céline Geoffret s'est dite désolée d'avoir agi de la sorte avant que la juge Hélène Bouillon entérine la peine, qui était une suggestion commune des avocats de la Couronne et de la défense.

Son crime pourrait avoir d'autres conséquences. La femme, qui habite Cap-Santé, sera selon toute vraisemblance déportée au terme de sa peine puisqu'elle n'a pas la citoyenneté canadienne.

PLUS:rc