NOUVELLES

Ottawa refuse d'évaluer des projets d'exploitation in situ des sables bitumineux

02/06/2013 04:41 EDT | Actualisé 01/08/2013 05:12 EDT

L'Agence canadienne d'évaluation environnementale refuse d'évaluer des projets d'exploitation in situ des sables bitumineux malgré une recommandation de Pêches et Océans Canada en 2011, qui s'inquiétait des effets de cette méthode d'extraction du bitume.

Le gouvernement fédéral vient de revoir les règlements qui déterminent quels projets sont considérés par l'agence pour des évaluations environnementales et en a réduit le nombre.

L'avocate Melissa Gorrie, de l'organisme écologique Ecojustice, déplore que les nouveaux règlements ne parlent pas de l'extraction in situ.

Selon elle, l'exploitation in situ a des conséquences sur la qualité de l'eau et de l'air et croit que l'agence fédérale devrait avoir son mot à dire, même si la province évalue déjà les projets in situ.

De son côté, le ministère albertain de l'Environnement se réjouit de l'abstention du fédéral. « Tout changement qui élimine un dédoublement auprès du travail des paliers de gouvernement, on appuie ça », a soutenu son porte-parole, Trevor Gemmell.

Dans les champs du nord de l'Alberta, de plus en plus de réservoirs et de chevalets de pompage permettent d'accéder à 80 % du bitume albertain, grâce à la technologie in situ.

À lire aussi :

PLUS:rc