NOUVELLES

Le premier ministre turc affirme qu'il n'est pas un dictateur

02/06/2013 11:29 EDT | Actualisé 02/08/2013 05:12 EDT

ISTANBUL - Le premier ministre de la Turquie a soutenu dimanche qu'il n'était pas un leader autocratique et que les gens qui manifestaient contre lui étaient des extrémistes alors que des centaines de personnes ont repris le chemin de la place d'Istanbul où est né le mouvement de contestation contre le leader turc.

Durant les trois derniers jours, des manifestations ont été organisées partout à travers le pays pour dénoncer l'attitude de Recep Tayyip Erdogan qui, après 10 ans à la tête de la Turquie, est perçu par beaucoup de laïcs comme étant un dirigeant intransigeant qui exerce une influence excessive sur tous les aspects de la vie de ses concitoyens.

Après l'imposant rassemblement tenu samedi à la place Taksim, à Istanbul, les protestataires sont revenus sur les lieux par centaines dimanche. À Ankara, la capitale turque, quelque 1500 personnes se sont aussi réunies sur une importante place.

Plusieurs brandissaient des drapeaux, chantaient et réclamaient la démission de M. Erdogan. Certains l'ont comparé à un sultan et ont affirmé qu'il agissait en dictateur.

Dans un discours prononcé devant un groupe représentant des immigrés des Balkans, le premier ministre a déclaré que son seul souci était de servir son peuple et qu'il n'avait absolument rien d'un dictateur.

Les manifestations ont éclaté après que les forces de l'ordre eurent brutalement mis fin à un rassemblement pacifique contre le plan des autorités turques de couper des arbres sur la place Taksim dans le cadre d'un projet de redéveloppement.

De violents affrontements entre policiers et manifestants vendredi et samedi ont fait des centaines de blessés et plongé le quartier touristique de la ville dans un nuage de gaz lacrymogène.

Des milliers de contestataires ont envahi la place samedi après que la police eut retiré les barrières dans une tentative pour apaiser les tensions.

Selon le gouvernement turc, environ 1000 personnes ont été arrêtées durant les manifestations.

PLUS:pc