NOUVELLES

Alouettes: l'entraîneur-chef Dan Hawkins aura l'embarras du choix

02/06/2013 03:28 EDT | Actualisé 02/08/2013 05:12 EDT

SHERBROOKE, Qc - L'ère Dan Hawkins est vraiment amorcée chez les Alouettes de Montréal. L'entraîneur-chef a dirigé ses premiers entraînements officiels avec l'équipe, alors qu'a été lancé le camp d'entraînement à l'université Bishop's de Sherbrooke, dimanche. Et si les joueurs en ont sué un coup, Hawkins pourrait bien être celui qui quittera le camp le plus amoché d'avoir tant jonglé avec sa formation.

Ce camp, amorcé sous un soleil de plomb, offrira de belles luttes à plusieurs positions, notamment chez les demi offensifs et les receveurs de passes, deux postes où les Alouettes sont bien nantis.

«Il y a beaucoup de joueurs, a dit Hawkins en insistant sur 'beaucoup'. Il y aura beaucoup de décisions difficiles à prendre. On a beaucoup de profondeur, de talent, de vitesse et d'expérience. C'est un beau problème à avoir.

«On compte sur beaucoup de bons joueurs», a ajouté l'entraîneur, soulignant notamment l'arrivée des nouveaux-venus comme le receveur Arland Bruce et le centre-arrière Jerome Messam. «Jim Popp a de nouveau été en mesure d'attirer des joueurs de grand talent. Ç'a été une journée impressionnante.»

Dans le champ-arrière, en plus des cinq demi offensifs qui prennent part au camp — dont Brandon Whitaker, qui vient de signer un pacte de trois ans quelques mois à peine après avoir subi une importante opération au genou droit —, quatre centres-arrières se feront la lutte pour être retenus par Hawkins et le nouveau coordonnateur à l'attaque, Mike Miller.

Whitaker n'est pas encore remis à 100 pour cent de cette intervention chirurgicale, et plusieurs observateurs ont été surpris d'apprendre que les Alouettes lui avaient consenti un nouveau contrat la semaine dernière. Mais l'Américain de 27 ans a pris les répétitions de cette première journée comme s'il allait être le demi partant lors du premier match de la saison.

S'il sait que la compétition sera féroce, Whitaker assure qu'il sera assez intelligent pour ne pas pousser son genou plus qu'il ne le faut afin de ne pas gâcher les longues et difficiles heures qu'il a consacrées à se remettre de cette déchirure ligamentaire.

«Ce n'est rien de nouveau pour moi: depuis que je suis avec les Alouettes, la compétition a toujours été très forte chez les demis, a expliqué le natif de l'Oklahoma. Je me propose même d'aider ces gars-là. En fait, ce sont eux qui ont de l'avance sur moi présentement, parce qu'ils ont été en mesure d'apprendre davantage le nouveau livre de jeux. Alors ce sont eux qui m'aident actuellement. Mais pour l'instant, oui, c'est une compétition à cinq pour quatre postes.»

Pour Whitaker, il ne fait cependant aucun doute qu'il amorcera la saison dans la formation des Alouettes, et pas sur la liste des blessés. Il ne se mouillera par contre pas à donner une date de retour.

«Définitivement cette saison, ça dépendra de la façon dont mon genou répondra.»

C'est la même chose chez les receveurs de passes: pas moins de 14 joueurs se feront la lutte à titre de receveurs ou de demis insérés pour avoir la chance de capter les passes d'Anthony Calvillo, qui disputera une 20e campagne. Voilà qui saura donner des maux de tête à Hawkins et son personnel d'entraîneurs quand viendra le temps de finaliser la formation pour le premier match de la saison, le 27 juin, contre les Blue Bombers à Winnipeg.

Pour Hawkins, il ne s'agira pas seulement d'une question de talent. Il tentera de garder les joueurs les plus constants.

«La première chose à faire, c'est de savoir quelles sont les forces et les faiblesses de chacun, a-t-il expliqué. On veut savoir comment tirer le maximum de ces forces. Mais au bout du compte, ce n'est pas juste le talent. On doit regarder à long terme qui affiche la meilleure constance. On ne peut se fier qu'à la passe qui vient d'être captée ou le ballon qui vient d'être échappé.

«Il faut aussi tenir compte des spécificités de chacun. Un joueur peut être plus petit et rapide, tandis qu'un autre plus costaud sera plus physique dans son approche. Je ne me soucie pas vraiment qu'untel soit meilleur qu'un autre. Je tente de voir quels sont les joueurs qui pourront m'offrir le meilleur d'eux-mêmes de façon constante.»

Apprendre à gérer le ratio

En plus d'évaluer tout ce beau monde, Hawkins doit apprendre à négocier avec le ratio de joueurs canadiens et étrangers qui s'applique dans la Ligue canadienne de football.

«On a joué plusieurs parties d'échecs devant le tableau où se trouvent les noms de tous nos joueurs, a admis l'entraîneur. On se demande ce qui arrivera si tel ou tel joueur se blesse. Mais on passe aussi beaucoup de temps à faire prendre des répétitions à ces joueurs sur le terrain. Et je crois que notre groupe de joueurs canadiens est très talentueux. Jim (Popp) a fait du bon travail en bâtissant ce noyau.

«On s'assurera que ces gars auront pris le plus de répétitions possibles afin d'être le plus prêt possible. Je crois même qu'on pourrait avoir plus de joueurs canadiens que le minimum requis.»

En tout, les Alouettes ont invité 84 joueurs à ce camp d'entraînement, sans compter les deux blessés Seth Williams et Patrick Lavoie, qui sont à Sherbrooke, mais qui poursuivent leur rééducation en aparté, sous les conseils du préparateur physique Andrew Lissade.

Le camp prendra fin le 20 juin prochain, avec la présentation du match préparatoire face aux Argonauts, à Toronto. Les Alouettes recevront une semaine plus tôt les Tiger-Cats de Hamilton, au stade Percival-Molson.

PLUS:pc