NOUVELLES

Syrie: Ban Ki-moon exhorte les belligérants à épargner les civils à Qousseir

01/06/2013 09:35 EDT | Actualisé 01/08/2013 05:12 EDT

Le sécrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon demande aux protagonistes de la bataille de Qousseir (centre de la Syrie) d'épargner les civils et de les laisser quitter la ville, a indiqué samedi son porte-parole Martin Nesirky.

Selon M. Nesirky, M. Ban "demande instamment à toutes les parties de faire le maximum pour éviter les pertes civiles" et il rappelle au gouvernement syrien "qu'il a la responsabilité de protéger les civils sous son contrôle, y compris de la menace de milices".

Le secrétaire général "demande aux belligérants de laisser les civils pris au piège quitter la ville".

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des milliers de civils se trouvent encore à Qousseir, dont un millier de blessés, et la situation sanitaire et médicale est "très mauvaise". Qousseir est la cible d'une offensive lancée le 19 mai par l'armée syrienne et le Hezbollah libanais.

Au moment où les grandes puissances tentent de réunir une conférence internationale sur la Syrie, M. Ban "rappelle à toutes les parties du conflit que le monde les observe et qu'elles seront tenues pour responsables de toute atrocité commise contre la population civile de Qousseir", conclut le communiqué de l'ONU.

La Haut commissaire aux droits de l'Homme Navi Pillay et la patronne des opérations humanitaires de l'ONU Valerie Amos ont elles aussi lancé un appel conjoint à épargner la population civile et à cesser les combats pour évacuer les blessés, estimant que "1.500 blessés pourraient avoir besoin de soins médicaux urgents".

Leur communiqué fait état d'"informations sur la poursuite d'attaques sans discernement contre des quartiers de civils" et de "violations majeures des droits de l'Homme".

Mmes Pillay et Amos demandent aux belligérants de "cesser immédiatement toute action qui pourrait provoquer des pertes et des dégats parmi les civils", "d'autoriser les civils à chercher refuge dans des endroits plus sûrs" et d'accepter "un cessez-le-feu immédiat" afin de permettre aux agences humanitaires d'évacuer les blessés et de fournir aide et secours aux habitants de Qousseir.

Plus de 10.000 personnes ont déjà fui vers les localités voisines de Hasiya et Al-Dumina et ces déplacés ont eux aussi besoin d'une aide d'urgence, ajoute le communiqué.

avz/lor

PLUS:afp