NOUVELLES

Kirghizistan: les manifestants lèvent leur siège contre une mine canadienne

01/06/2013 12:03 EDT | Actualisé 01/08/2013 05:12 EDT

BICHKEK, Kirghizistan - Les manifestants qui assiégeaient depuis plusieurs jours une mine d'or canadienne dans l'est du Kirghizistan ont levé leur blocus samedi, mais leurs alliés ont continué à occuper le bureau d'un gouverneur local dans le sud du pays.

Des centaines de protestataires ont participé au siège de la mine Kumtor, exploitée par la société torontoise Centerra Gold, réclamant sa nationalisation et de meilleurs avantages sociaux.

Ils ont bloqué la route menant sur les lieux et coupé l'électricité, poussant le président kirghiz à décréter l'État d'urgence dans le pays d'Asie centrale et ancienne république soviétique.

Vendredi, plus de 50 personnes avaient été blessées et 80 autres arrêtées à la suite de violents affrontements entre les contestataires qui tentaient d'envahir la mine et la police antiémeute, qui a répliqué aux pierres lancées par ses opposants avec des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes.

Un représentant des autorités provinciales, Bakyt Dzhusubaliyev, a déclaré à l'Associated Press samedi que les manifestants avaient dégagé la route et que le courant avait été rétabli sur le site.

Le premier ministre kirghiz, Zhantoro Satybaldiyev, a visité la région samedi afin d'évaluer la situation et de rencontrer les habitants. Il a révélé que la manifestation avait causé pour 4 millions $ de dommages à la mine.

Kumtor est la plus importante mine d'or possédée par des intérêts étrangers de la défunte Union soviétique. Elle compte pour environ 12 pour cent de l'économie du Kirghizistan et est au coeur d'un débat houleux entre ceux qui voudraient la nationaliser et les autorités, qui croient qu'un tel geste découragerait les investissements étrangers dont le pays a désespérément besoin.

M. Satybaldiyev a assuré la population locale que son gouvernement ferait en sorte que le Kirghizistan touche une plus grande part des revenus générés par la mine par le biais des redevances minières. Le vice-premier ministre kirghiz a rencontré les représentants de Centerra afin de les exhorter à relancer la production à la mine dès lundi.

Pendant ce temps à Jalal-Abad, dans le sud du pays, les manifestants ayant envahi le bureau du gouverneur vendredi continuaient à occuper les lieux. Ils demandent la nationalisation de la mine et la libération de plusieurs députés de l'opposition qui ont été emprisonnés pour leur rôle dans de précédentes manifestations.

PLUS:pc