NOUVELLES

Cancer de l'ovaire: un traitement retarde de six mois une rechute

01/06/2013 08:37 EDT | Actualisé 01/08/2013 05:12 EDT

L'anti-cancéreux Votrient, du groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline, retarde de près de six mois une rechute chez des patientes atteintes d'un cancer avancé de l'ovaire initialement traitée avec succès, selon un test clinique révélé samedi.

Malgré le succès d'un premier traitement avec la chirurgie et de la chimiothérapie, 70% des malades atteintes de ce cancer avancé rechutent, dont la moitié la première année.

"L'essai clinique (de phase 3-4) montre que nous avons finalement un traitement qui peut prolonger le contrôle de la croissance de la tumeur obtenu par des traitements initiaux", souligne le Dr Andreas du Bois, professeur de gynécologie à la clinique Essen Mitte à Essen, en Allemagne, principal auteur de cette étude.

"Si le pazopanib (commercialisé sous la marque Votrient) est approuvé par les autorités des médicaments pour traiter le cancer avancé de l'ovaire, un grand nombre de malades bénéficieront d'une plus longue période de rémission et sans nouveau traitement de chimiothérapie", ajoute ce cancérologue qui a présenté les résultats de cet essai clinique à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), réunie ce week-end à Chicago (Illinois, nord).

Dès que le cancer réapparaît, ces femmes doivent recommencer des traitements agressifs, relève ce chercheur, notant qu'il n'existe pas encore de test pouvant prédire une récurrence de la tumeur.

Le Votrient, un médicament administré oralement, cible plusieurs fonctions moléculaires de la tumeur, dont sa capacité à développer des vaisseaux sanguins pour se nourrir.

Ces chercheurs ont recruté 940 patientes pour cet essai clinique dont la moitié a été choisie au hasard pour prendre du Votrient et l'autre moitié un placebo et ce pendant 24 mois.

Toutes ces malades avaient subi une intervention chirurgicale et de la chimiothérapie qui ont permis d'empêcher une aggravation du cancer.

Après deux ans, le temps médian de survie sans progression du cancer était de près de 18 mois dans le groupe du Votrient et de 12,3 mois dans le groupe témoin.

Le Votrient est déjà approuvé par la Food and Drug Administration (FDA), l'agence américaine des médicaments, pour le traitement du cancer du rein et pour le sarcome des tissus mous.

Aucune thérapie de maintien n'a été mis sur le marché à ce jour aux Etats-Unis pour le cancer de l'ovaire.

Le cancer avancé de l'ovaire est une maladie très agressive avec un taux de guérison --cinq ans sans récurrence-- de seulement 20 à 25%.

Le cancer de l'ovaire est la cinquième cause de décès par cancer chez les femmes dans les pays développés.

js/lor

PLUS:afp