NOUVELLES

La Cour constitutionnelle du Zimbabwe ordonne la tenue d'élections en juillet

31/05/2013 03:07 EDT | Actualisé 31/07/2013 05:12 EDT

HARARE, Zimbabwe - Le plus haut tribunal du Zimbabwe a ordonné vendredi au président Robert Mugabe d'organiser des élections d'ici la fin du mois de juillet, critiquant le dirigeant de longue date pour avoir contrevenu «à ses devoirs» en ne proclamant pas plus tôt une date de scrutin.

Le juge en chef de la Cour constitutionnelle, Godfrey Chidyausiku, a déclaré que la date des élections devait être liée à la dissolution automatique du Parlement zimbabwéen, le 29 juin, à la fin de son mandat actuel de cinq ans.

Une nouvelle Constitution, adoptée par une forte majorité lors d'un référendum le 16 mars, prévoit des amendements à la loi électorale et aux procédures de vote qui, selon une organisation d'avocats, prendront environ deux mois à mettre en place.

Le groupe de recherche juridique indépendant Veritas estime que l'échéancier fixé par la cour sera difficile à respecter.

Une poursuite avait été déposée devant la Cour constitutionnelle le 24 mai pour forcer le président Mugabe à convoquer des élections. La poursuite faisait valoir que le pays ne pouvait fonctionner sans Parlement, ce qui aurait rendu le gouvernement illégal.

Mais Veritas estime que la Constitution autorise le gouvernement à continuer de s'occuper des affaires courantes sans Parlement en exercice jusqu'à quatre mois après la dissolution de la législature.

Le premier ministre Morgan Tsvangirai, ancien leader de l'opposition qui a formé une coalition fragile avec le président Mugabe après les élections violemment contestées de 2008, estime que les élections ne devraient pas êtres convoquées avant le mois de septembre, au plus tôt, afin de prendre le temps nécessaire pour mener la réforme électorale prévue par la Constitution.

Dans un communiqué publié vendredi, M. Tsvangirai affirme que la Cour constitutionnelle n'a pas le pouvoir de fixer la date du scrutin et que les juges ont «outrepassé leur mandat».

Le parti de Robert Mugabe, la ZANU-PF, a appelé à plusieurs reprises à des élections rapides pour reconduire le président dans ses fonctions pour un autre mandat de cinq ans. M. Mugabe, âgé de 89 ans, dirige le Zimbabwe depuis l'indépendance, en 1980.

La nouvelle Constitution impose une limite de deux mandats présidentiels consécutifs mais elle n'est pas rétroactive, ce qui signifie que Robert Mugabe pourrait rester président jusqu'à l'âge de 99 ans.

PLUS:pc