NOUVELLES

Blé transgénique d'Oregon: les autorités enquêtent et minimisent les risques

31/05/2013 01:39 EDT | Actualisé 31/07/2013 05:12 EDT

Le ministère américain de l'Agriculture mène une enquête approfondie après la découverte dans l'Oregon (nord-ouest) d'une variété non-autorisée de blé génétiquement modifiée, une nouvelle qui suscite inquiétude et interrogations parmi les groupes environnementaux.

L'USDA (US Department of Agriculture) avait annoncé plus tôt cette semaine que quelques plants de blé transgénique résistant au glyphosate, substance active des herbicides les plus utilisés, ont été découverts dans une exploitation de l'Oregon.

Monsanto, le géant américain agrochimique, avait effectué des essais dans plusieurs champs ouverts de ce blé transgénique entre 1998 et 2004 avant de les abandonner.

Cette annonce a provoqué de vives réactions en Europe et au Japon où le blé génétiquement modifié est interdit.

La Commission européenne a demandé jeudi à ses Etats membres de vérifier leurs importations de blé en provenance des Etats-Unis, assurant suivre la situation de près pour "assurer la protection des consommateurs européens".

Quant au Japon, il a déjà suspendu une partie de ses importations de blé américain.

Les responsables de l'USDA affirment sur leur site "prendre cette situation très au sérieux" tout en minimisant les risques pour la santé et l'environnement.

"L'USDA est déterminée à protéger l'agriculture américaine et mène une enquête approfondie", assure Bernadette Juarez, directrice adjointe du Service d'inspection de la santé animale et des plantes.

"Nous avons examiné ce trait génétique particulier de résistance au glyphosate dans les différentes cultures (autorisées) comme le coton, le maïs, le soja, le colza et nous n'avons aucune inquiétude quant à la sûreté de ces plants de blé à ce stade", affirme-t-elle.

Monsanto affirme dans un communiqué qu'il s'agit du premier cas de découverte de ce blé transgénique dans un champ depuis l'arrêt des essais en 2004.

Le groupe a aussi promis "de coopérer avec l'USDA pour confirmer les résultats des tests" dans l'Oregon et "prendre les mesures nécessaires" pour éviter toute contamination des graines de blé conventionnel avec cette variété génétiquement modifiée appelée "Monsanto Roundup Ready".

Pour Bill Freese, analyste du Center for Food Safety, une ONG opposée aux OGM, cet incident montre "l'impuissance du système réglementaire américain face aux organismes génétiquement modifiés".

Plusieurs études ont montré que "l'USDA se contente de donner des autorisations aux sociétés souhaitant mener des essais dans les champs avec des cultures OGM sans vraiment faire des inspections", explique-t-il à l'AFP.

Le blé OGM a été interdit il y a dix ans aux Etats-Unis en raison de la forte opposition des groupes de protection de l'environnement, des consommateurs et des agriculteurs eux-mêmes, rappelle-t-il.

Des variétés génétiquement modifiées de maïs, de soja, de coton ou de colza résistantes au glyphosate sont cultivées depuis de nombreuses années aux Etats-Unis et dans le monde avec pour conséquence une très forte augmentation de l'usage des herbicides, relève Bill Freeze.

Ces récoltes, ajoute-t-il, notamment le maïs sont cultivés pour les animaux ou pour produire des biocarburants alors que le blé est consommé directement par les humains.

Il déplore également l'absence de contrôle des produits OGM par l'Agence de réglementation des produits alimentaires (FDA) et le peu d'études sur les conséquences sur la santé animale et humaine.

"La FDA n'a pas l'obligation d'examiner les cultures OGM avant qu'elles ne soient commercialisées", et se contente de la garantie des sociétés comme Monsanto que les récoltes OGM sont sans risque, indique cet expert.

js-bur/

PLUS:afp