NOUVELLES

Menace de grève des travailleurs de la construction

30/05/2013 01:02 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

Les 175 000 travailleurs de la construction déclencheront une grève générale illimitée le 17 juin si aucune entente n'intervient d'ici là entre les syndicats qui les représentent et les associations patronales.

Déjà, une menace de lock-out de la partie patronale pèse sur l'industrie en marge de négociations qui s'avèrent extrêmement difficiles.

En conférence de presse, jeudi matin à Montréal, l'Alliance syndicale, qui regroupe l'ensemble des syndicats de la construction, a reproché à la partie patronale d'avoir cessé de négocier tout en se livrant à une campagne de dénigrement des demandes syndicales.

L'Alliance soupçonne les associations patronales de vouloir retarder volontairement le processus puisque les entrepreneurs économisent ainsi quelque 8 millions de dollars par semaine en augmentations de salaire non versées, pour un total de près de 30 millions de dollars jusqu'ici.

Des négociations qui achoppent

L'Alliance soutient que les demandes patronales entraîneraient une perte annuelle moyenne de 1900 $ par travailleur. Les employeurs tentent notamment d'obtenir des allongements des heures de travail, une obligation de travailler sur six jours sans heures supplémentaires, le remplacement des heures supplémentaires payées en double par du temps et demi ainsi qu'une mobilité provinciale sans restriction de la main-d'oeuvre.

L'Alliance qualifie ces demandes de rétrogrades et fait valoir que la mobilité sans restriction permet aux employeurs d'arriver en région avec toute leur main-d'oeuvre, privant les travailleurs locaux d'emploi. Les syndicats placent par ailleurs au sommet de leurs priorités une révision du régime de compensation pour les frais de déplacement.

Selon l'Alliance, les demandes syndicales représentent un gain annuel moyen de 1400 $ par travailleur. Elle fait valoir que les travailleurs de la construction gagnent 35 $ de l'heure ce qui, étant donné le nombre d'heures travaillées, représente 35 000 $ par année en moyenne.

Sur une base horaire, les demandes syndicales, incluant les salaires et les avantages sociaux, représentent 1,40 $ de l'heure, soit une augmentation de 4 %.

La Presse Canadienne

PLUS:rc