NOUVELLES

L'Iran soutient plus que jamais le "terrorisme", accuse Washington

30/05/2013 03:57 EDT | Actualisé 30/07/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont accusé jeudi l'Iran de soutenir le "terrorisme" international à des niveaux jamais vus depuis deux décennies, dans un rapport annuel du département d'Etat qui fait aussi le constat du déclin d'al-Qaïda.

Dans ce rapport exhaustif sur le "terrorisme" mondial destiné au Congrès et remis à la presse, le ministère des Affaires étrangères ne varie guère de la ligne adoptée dans son précédent panorama dressé en juillet 2012.

Les pays inscrits sur la liste noire de Washington comme étant des "soutiens au terrorisme" restent l'Iran, la Syrie, le Soudan et Cuba. Ces désignations, décidées au cours de l'année écoulée, s'accompagnent de sanctions économiques.

Mais 2012 a marqué "une résurgence du soutien étatique au terrorisme" par Téhéran, dénoncent les Etats-Unis, montrant du doigt la milice chiite libanaise Hezbollah alliée de l'Iran, notamment dans la guerre en Syrie.

"L'activité terroriste de l'Iran et du Hezbollah a atteint un niveau jamais vu depuis les années 1990, avec des attentats prévus en Asie du Sud-Est, en Europe et en Afrique", selon le département d'Etat, qui cite un attentat attribué au Hezbollah en Bulgarie en juillet dernier et des projets à Chypre et en Thaïlande.

Comme dans son rapport 2011, le département d'Etat estime aussi que le coeur de la nébuleuse al-Qaïda est sur "le chemin de la défaite", grâce à la mort de son chef Oussama ben Laden tué dans un raid américain au Pakistan en mai 2011 et à la campagne de tirs de drones à la frontière entre ce pays et l'Afghanistan.

Cuba figure également toujours sur la liste noire américaine.

Bien qu'il y ait un débat aux Etats-Unis sur la nécessité de laisser La Havane sur cette liste, Washington accuse l'île d'abriter des rebelles colombiens, des militants basques ou des fugitifs américains.

Les deux pays n'entretiennent pas de relations diplomatiques officielles, mais chacun possède une Section représentent ses intérêts qui fait office d'ambassade.

Les Etats-Unis ont instauré en 1962 un embargo économique contre Cuba qui interdit aux citoyens américains de se rendre sur l'île et d'y dépenser de l'argent sans autorisation spéciale du gouvernement.

En revanche, la Corée du Nord a bénéficié il y a quelques années de la mansuétude des Etats-Unis qui l'ont sortie de leur classement "terroriste".

La même mesure est envisagée pour le Soudan pour sa bonne coopération, mais Khartoum abrite encore des "groupes terroristes influencés par al-Qaïda".

nr-sct/mdm

PLUS:afp