QUÉBEC - Que ce soit par le biais d'une nouvelle cotisation ou d'une hausse d'impôt, les contribuables québécois devront se résoudre à payer davantage pour le maintien à domicile des aînés.

La première ministre Pauline Marois a été très claire à ce sujet, jeudi, à l'occasion de la présentation du «livre blanc» sur la création d'une assurance autonomie destinée aux personnes âgées en perte d'autonomie.

Peu importe la formule envisagée, les Québécois devront payer plus pour les aînés, a indiqué Mme Marois en point de presse, annonçant du même souffle la tenue à l'automne d'une commission parlementaire sur le projet d'assurance autonomie.

«Il y a une chose qu'on va se dire ensemble: de toute façon, à partir de 2017, on va payer. Comment veut-on payer? On veut prévoir ou attendre qu'on soit là et que ça se passe (en 2017)?», a soulevé la première ministre.

Pour mieux contrôler la hausse des coûts qu'occasionne le vieillissement accéléré de la population, le gouvernement Marois veut prendre «le virage des soins à domicile».

En plus de réduire la pression sur les établissements de santé, le maintien à domicile permet à l'État de dégager des économies considérables. Les soins à domicile coûtent en moyenne 30 000 $ par année contre 90 000 $ en hébergement.

L'assurance autonomie que propose le livre blanc couvrirait le coût de divers services à domicile incluant, par exemple, les soins infirmiers, la préparation des repas, les courses, le lavage et le ménage. Les allocations seraient versées non pas aux personnes admissibles mais aux établissements de santé, entreprises d'économie sociale et groupes communautaires sous contrat avec l'État.

Si tout va comme l'espère le gouvernement du Parti québécois, l'assurance autonomie sera implantée à partir de 2014 pour les personnes âgées, 2015 pour celles avec des déficiences physiques et 2016 pour les déficients intellectuels adultes.

Pour les cinq prochaines années, la caisse sera autofinancée à même les budgets alloués aux soins de longue durée, soit environ 4,4 milliards $ par année. Mais au terme de l'exercice 2017-2018, compte tenu de l'augmentation de la population vieillissante, il faudra injecter de «150 millions à 200 millions $» de plus chaque année pour supporter le coût du programme, a indiqué le ministre de la Santé, Réjean Hébert, aux côtés de Mme Marois.

«À terme, si on se reporte à 2027-2028, dans 15 ans, l'écart va être de 1,3 milliard $. Est-ce qu'on prévoit ce financement supplémentaire dès maintenant dans un souci d'équité générationnelle ou non? C'est la question que pose le livre blanc», a dit M. Hébert.

Impôt supplémentaire, cotisation employeur-employé, la table est mise pour le débat sur le financement futur de l'assurance autonomie, a ajouté le ministre.

«Les besoins vont augmenter au cours des 30 prochaines années, c'est la démographie qui le dit, il va en coûter plus cher à l'État. L'assurance autonomie permet de contrôler cette augmentation des coûts (...) mais il y a quand même 1,3 milliard $ de manque à gagner à partir de 2017-2018 et le débat est ouvert», a-t-il dit.

L'opposition officielle a réagi positivement aux intentions du livre blanc parce qu'il répond au désir d'une majorité d'aînés de vivre dans leur milieu le plus longtemps possible.

«Mais il y a des inquiétudes», a soulevé le député libéral Yves Bolduc, qui entend participer aux travaux de la commission parlementaire.

«Je crois qu'on vise à créer une nouvelle taxe, la taxe pour que les personnes, plus tard, puissent rester encore plus longtemps à domicile», a-t-il dit.

À cela s'ajoute la crainte de voir s'ériger «une grande machine bureaucratique» aux dépens des responsables locaux.