NOUVELLES

Laval : octroi de contrats à des firmes ciblées par l'UPAC

30/05/2013 03:40 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT
Agence QMI

La Ville de Laval a continué d'octroyer des contrats à des firmes perquisitionnées par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) l'automne dernier.

La Ville a même accordé pour près de 11 millions de dollars de contrats à des entreprises dont certains dirigeants ont été accusés depuis d'avoir participé à un système de corruption à Laval, selon des données compilées par Radio-Canada.

Pour voir notre infographie interactive à partir d'un appareil mobile, cliquez ici.

Réactions des partis d'opposition

Le maire par intérim de Laval, Alexandre Duplessis, a refusé de répondre aux questions de Radio-Canada. Quant à ses adversaires, ils déplorent le manque de vigilance de la Ville.

Robert Bordeleau, chef du Parti au service du citoyen (PSC), se demande pourquoi Laval a continué de faire affaire avec ces entreprises. Selon lui, il s'agit là d'une aberration totale : « On continue de se foutre du public. C'est quand même les taxes des citoyens qu'on utilise. »

Le chef du parti Action Laval, Jean-Claude Gobé, croit qu'il aurait fallu mettre en place immédiatement des mesures de contrôle, des réglementations « et faire en sorte que ces choses-là cessent [...] en attendant les décisions de la justice ».

Laval invitée à la vigilance par Québec

En février dernier, le président du Conseil du Trésor, Stéphane Bédard, a écrit aux maires des plus grandes villes du Québec. Dans sa lettre à Laval, le ministre Bédard invite le maire, Alexandre Duplessis, à se prévaloir de certaines dispositions de la loi 1 pour s'assurer de l'intégrité des entreprises qui soumissionnent, même pour des contrats en bas de 40 millions de dollars. Ainsi, la municipalité peut réclamer que des vérifications soient faites par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Le Conseil du Trésor confirme qu'à ce jour, la Ville de Laval n'a pas demandé à ce que les contrats de 40 millions de dollars ou moins soient vérifiés par l'AMF.

Dans le collimateur de l'UPAC

Le 9 mai dernier, l'UPAC a arrêté 37 personnes, accusées d'avoir participé à un système de corruption à Laval.

La municipalité est dans le collimateur de l'UPAC depuis un bon moment déjà. L'automne dernier, l'UPAC menait des perquisitions dans plusieurs bureaux de firmes de génie-conseil, dans des entreprises du milieu de la construction ainsi qu'à l'hôtel de ville et à la résidence personnelle du maire de l'époque, Gilles Vaillancourt.

D'après des reportages de Jean-Philippe Robillard

INOLTRE SU HUFFPOST

L'UPAC frappe à Laval (9 mai 2013)