POLITIQUE

Crack : Rob Ford savait où était la vidéo?

30/05/2013 10:50 EDT | Actualisé 30/07/2013 05:12 EDT
Getty Images
TORONTO, ON - MAY 17: Toronto Mayor Rob Ford, at the PFLAG flag raising. The Mayor faces allegations that their is a video which he reportedly appears to be smoking crack cocaine at City Hall. (Steve Russell/Toronto Star via Getty Images)

Le maire de Toronto, Rob Ford, aurait dit à ses stratèges, selon le Toronto Star, de ne pas s'inquiéter, au lendemain de la publication le 16 mai d'allégations selon lesquelles il avait fumé du crack, parce qu'il savait où se trouvait la vidéo potentiellement incriminante.

Lors de cette réunion de crise à l'hôtel de ville, le maire Ford, allègue le quotidien, aurait fourni à ses conseillers deux numéros d'appartement d'un immeuble d'un quartier malfamé du nord-ouest de la ville.

M. Ford aurait obtenu ces adresses de « nos contacts », ajoute le Star, qui cite plusieurs sources. Radio-Canada n'a pas pu vérifier l'authenticité de ces allégations. Par ailleurs, le maire n'a pas encore commenté ces nouvelles allégations.

Par ailleurs, le Globe and Mail rapporte dans un grand dossier que les deux frères et la soeur du maire Rob Ford ont également été impliqués dans le trafic de drogue dans les années 1980. Les médias avaient déjà dévoilé que Doug Ford, conseiller de ville à Toronto, était un revendeur de haschich dans la banlieue d'Etobicoke. On apprend maintenant qu'un autre frère, Randy, a été accusé de kidnapping dans une histoire reliée au monde de la drogue. La soeur du maire, Kathy, a également été mêlée à des histoires de violence par armes à feu. Vous pouvez lire l'intégralité du reportage ici.

Publiquement, le maire a affirmé jusqu'à maintenant qu'il « ne prenait pas du crack », en plus de nier l'existence de toute vidéo, mais sans vouloir répondre aux questions des journalistes.

Le scandale fait rage depuis que deux journalistes de Toronto Star et le responsable du site américain Gawker ont affirmé le 16 mai dernier avoir vu une vidéo montrant un homme qui ressemblait à Rob Ford en train d'inhaler ce qui semblait être du crack.

Certains médias avaient rapporté plus tôt cette semaine que le directeur de la logistique du maire et proche de la famille Ford, David Price, avait remis une déposition à la police, parce qu'il aurait su où était l'enregistrement en question. Ni le maire ni M. Price n'avaient voulu commenter ces allégations.

Au moins un conseiller municipal, Josh Matlow, demande publiquement au maire Ford de démissionner, jeudi matin.

« Toronto a besoin d'un nouveau maire. » — Josh Matlow, conseiller municipal

Meurtre

Pour sa part, la police de Toronto doit, selon la CBC, donner plus de détails, jeudi, sur son enquête relativement au meurtre d'Anthony Smith, qui apparaissait avec deux autres hommes sur une présumée photo du maire, qui a été publiée plus tôt ce mois-ci parallèlement aux allégations selon lesquelles il avait fumé du crack

La jeune victime, qui était connue des policiers, a été tuée par balle en mars dernier près d'une boîte de nuit du centre-ville.

Selon le Globe and Mail, la police a arrêté un suspect en Alberta, relativement au meurtre.

Pressions politiques

La première ministre de l'Ontario a rappelé à l'ordre le maire, mardi. affirmant que M. Ford devait régler ses « problèmes personnels », parce qu'ils entravaient le fonctionnement normal des affaires de la plus grande ville au pays.

« Je suis inquiète de voir ce qui se passe à l'hôtel de ville, a-t-elle dit. Il y a beaucoup de confusion. C'est difficile de diriger (la Ville) et de gouverner, lorsque sa capacité de concentration est compromise. »

Revanche politique?

Le maire Ford et son frère, le conseiller municipal Doug Ford, tous deux d'allégeance conservatrice, ont appelé publiquement le NPD dans le passé à renverser Kathleen Wynne et son gouvernement libéral minoritaire. Doug Ford prévoit par ailleurs se présenter comme candidat conservateur lors des prochaines élections provinciales.

L'ex-maire de Toronto Art Eggleton affirme, lui, que le scandale est une « distraction » pour le conseil municipal et un embarras pour la Ville Reine sur la scène internationale.

Pour sa part, l'ex-ministre ontarien des Finances, le libéral Dwight Duncan, presse carrément le maire Ford à démissionner « pour le bien de la ville ».

M. Ford tente de faire fi du scandale. Il a présidé, mardi, la première réunion de son comité exécutif depuis la publication des allégations contre lui.

INOLTRE SU HUFFPOST

Best Rob Ford GIFs