NOUVELLES

Motorola ouvrira la première usine de téléphones intelligents aux É.-U.

29/05/2013 10:32 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

AUSTIN, États-Unis - Motorola, pionnier des téléphones cellulaires, a annoncé mercredi qu'il ouvrira une usine de fabrication de téléphones intelligents au Texas, et créera 2000 emplois.

L'entreprise y fabriquera son modèle Moto X, ce qui sera en fait le premier téléphone intelligent assemblé aux États-Unis.

Motorola Mobility, qui est la propriété de Google, a déjà entamé le processus d'embauche pour son usine de Fort Worth.

Les installations avaient été construites par Nokia, une concurrente de Motorola, mais étaient inutilisées depuis un certain temps.

L'annonce officielle a été faite par le chef de la direction de Motorola, Dennis Woodside, à la conférence AllThingsD, à Rancho Palos Verdes, en Californie.

L'entreprise n'a pas bénéficié des incitatifs financiers offerts par l'État du Texas.

«La décision de Motorola Mobility d'assembler ses téléphones et de créer des milliers de nouveaux emplois au Texas, est une bonne nouvelle pour notre économie», a déclaré une porte-parole du gouverneur du Texas, Rick Perry.

L'usine sera la propriété de Flextronics International, établie à Singapour, un sous-contractant de pièces électroniques et partenaire de longue date de Motorola.

«Plus de 130 millions d'Américains utilisent un téléphone intelligent, mais avant le Moto X, aucun n'était produit dans le pays», a souligné le vice-président de Motorola, Mark Randall.

L'assemblage représente une fraction relativement petite du coût d'un téléphone intelligent. Le coût est principalement attribuable aux puces électroniques, à la batterie et à l'écran.

Par exemple, la firme de recherche iSupply évalue que les composantes du modèle Galaxy S4 de Samsung coûtent 229 $ US, alors que l'assemblage en coûte 9 $ US.

En décembre, Apple a annoncé qu'elle allait rapatrier aux États-Unis l'une de ses lignes d'assemblage pour ses ordinateurs Mac, renversant une tendance à la délocalisation vieille de plusieurs décennies.

D'autres manufacturiers, comme Hewlett-Packard, ont gardé des installations manufacturières aux États-Unis pour fabriquer des ordinateurs personnels.

PLUS:pc