NOUVELLES

Le pétrole ouvre en baisse, dans un marché anxieux au sujet de la Fed

29/05/2013 09:29 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

Les prix du pétrole reculaient mercredi à l'ouverture à New York, dans un marché toujours anxieux au sujet de la politique monétaire américaine et prudent avant l'ouverture d'une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Vers 13H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet cédait 70 cents à 94,31 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le marché est pénalisé par des inquiétudes croissantes concernant la Réserve fédérale américaine (Fed) qui pourrait être amenée à ralentir le rythme de ses rachats d'actifs à mesure que l'économie s'améliore", a noté Phil Flynn, de Price Futures Group.

Ces craintes, qui avaient rendu les places financières très volatiles la semaine dernière, ressurgissaient alors que des statistiques américaines montrant des signes d'amélioration dans les secteurs de l'emploi et de l'immobilier ont été publiées mardi.

"Et, sur le marché obligataire, cette nervosité s'est traduite par un net bond des taux" des bons du Trésor américain mardi, a-t-il souligné. Le rendement du bon à 10 ans avait terminé à 2,135%, son plus haut depuis début avril 2012.

Or, sur le marché du pétrole, les opérateurs craignaient un changement de cap de la Fed à double titre: il se traduirait d'une part par une baisse de l'attractivité des achats jugés risqués, comme le brut, et il tendrait d'autre part à pousser le dollar à la hausse, rendant les achats d'or noir, libellés dans cette monnaie, moins intéressants pour les acheteurs munis d'autres devises.

Sur le plan de l'offre, les investisseurs guettaient avec prudence l'ouverture d'une réunion de l'Opep vendredi à Vienne.

Le ministre saoudien du pétrole Ali al-Nouaïmi, dont le pays est le principal producteur de l'organisation, a déclaré mardi à son arrivée dans la capitale autrichienne que le marché était "bien approvisionné" et était "dans un environnement idéal", selon des propos rapportés par l'agence Dow Jones Newswires.

"La veille, le ministre de l'Energie des Emirats Arabes Unis avait déjà qualifié le prix actuel de +convenable et juste+. Ces deux commentaires suggèrent que le plafond officiel de production (de l'Opep) sera maintenu à 30 millions de barils par jour", même si la production totale des pays membres dépasse largement ce seuil, ont souligné les analystes de Commerzbank.

Le marché attendait aussi les chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) sur les stocks pétroliers jeudi, après un jour de décalage dû au lundi férié aux Etats-Unis. Ces réserves sont considérées comme un baromètre de la demande du pays, premier consommateur mondial de brut.

ppa/sl/rap

PLUS:afp