NOUVELLES

Le docteur Henry Morgentaler, défenseur du droit à l’avortement, est décédé

29/05/2013 01:05 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le docteur Henry Morgentaler, figure de proue de la lutte pour le droit à l’avortement libre et gratuit au Canada, est décédé mercredi matin à l'âge de 90 ans à son domicile de Toronto.

Héros pour les uns, assassin aux yeux des autres, cet immigrant polonais survivant des camps de concentration se targuait d’avoir mis fin à des dizaines de milliers de grossesses en 40 ans de pratique privée dans les cliniques qui portent son nom.

Il détestait néanmoins qu’on le traite d’«avorteur», un terme associé au charlatanisme et à la clandestinité, contre lesquels il a passé sa vie à se battre, au péril de sa liberté et parfois même de sa sécurité.

Il préférait de loin se décrire comme médecin et comme «spécialiste de l’avortement médical». Son objectif: rendre l’interruption volontaire de grossesse accessible à toutes les femmes, pour qu’elles aient véritablement le choix d’enfanter ou pas.

Comme le résume l’énoncé de mission de ses six cliniques, il s’agissait pour lui de faire en sorte que «toutes les mères soient heureuses de l’être et que tous les enfants aient été désirés».

Au nom de ce principe, il a été arrêté, cité à procès et emprisonné. Ses cliniques ont été vandalisées à plusieurs reprises, et il a été attaqué en pleine rue par un militant pro-vie qui n’a toutefois pas réussi à le blesser.

Malgré tout, il n’a jamais baissé les bras ni exprimé de remords. En recevant l’Ordre du Canada, à 85 ans passés en juillet 2008, il se disait fier du chemin parcouru depuis le début de son combat politique et juridique, à la fin des années 1960.

Sa reconnaissance publique n'avait toutefois pas fait que des heureux. Réagissant à l'annonce de la gouverneure générale de l'époque, Michaëlle Jean, le cardinal Jean-Claude Turcotte avait fait part de son intention de remettre son propre insigne de l'Ordre du Canada.

Mgr Turcotte avait alors soutenu ne pas partager la vision du célèbre médecin sur le respect de la vie humaine. L'archevêque de Montréal, qui avait été décoré en 1996, n'a pas été le seul à renoncer à son insigne pour ce motif.

D'Auschwitz à Montréal

Né à Lodz, en Pologne, le 19 mars 1923 dans une famille engagée, Henry Morgentaler a été déporté à Auschwitz au début de la vingtaine. Son père, sa mère et sa soeur ont trouvé la mort dans les camps nazis.

En entrevue avec La Presse Canadienne en 2004, à 81 ans, il avait déclaré que ses cinq années passées dans les camps d'Auschwitz et de Dachau l'avaient préparé à sa croisade contre la justice canadienne.

«J'ai choisi de violer la loi pour venir en aide aux femmes, une classe désavantagée de la société qui a été traitée injustement et qui s'est exposée à de terribles dangers», avait-il raconté, assis derrière le bureau de sa clinique à Toronto.

«Le fait que j'aille à l'encontre de la loi ne m'a pas dérangé, parce qu'à mon avis, les lois peuvent parfois être mauvaises», avait poursuivi le Dr Morgentaler, citant en exemple le fait qu'il ait lui-même été envoyé dans les camps de concentration pour la simple raison qu'il était juif.

Il a fait sa médecine en Allemagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, grâce à une bourse des Nations unies, puis s’est installé au Québec dans les années 1950 avec sa première épouse. Il a complété ses études à l'université de Montréal et a fait sa résidence à l'hôpital Royal Victoria.

«Le Royal Victoria, de même que plusieurs autres hôpitaux montréalais, offrait tout une série de services conçus pour les femmes qui avaient subi de mauvais avortements, et la plupart d'entre elles en mouraient. De nombreuses autres avaient subi des blessures si graves qu'elles ne pourraient jamais concevoir un autre enfant. C'était vraiment une situation terrible.»

Il a consacré les premières années de sa carrière à la médecine familiale, faisant dans sa clinique montréalaise la promotion de la planification des naissances et de la contraception.

Des principes jusqu'à la prison

Avant même de pratiquer son premier avortement, Henry Morgentaler s’était prononcé publiquement en faveur de la légalisation de la procédure, devant un comité de la Chambre des communes en octobre 1967.

L’affaire a fait les manchettes, attirant à la porte du médecin spécialisé en santé sexuelle et en contraception des dizaines de femmes prêtes à tout — y compris la prison — pour interrompre leur grossesse.

Jugeant la loi injuste et sa position intenable, M. Morgentaler n’avait pas su leur résister longtemps. La fille d’un de ses amis a été sa première patiente, en 1968. Dès l’année suivante, il abandonnait sa clinique de médecine familiale pour se consacrer uniquement aux avortements.

En 1973, il affirmait devant le tribunal en avoir déjà accompli 5000. À 50 ans, il avait trouvé sa voie. Il était devenu l’un des visages du combat pour la libération des femmes, dans une société qui faisait sa révolution sexuelle et sa Révolution tranquille en même temps.

En dépit de ses aveux et malgré les instructions claires du juge, un jury québécois a refusé de le déclarer coupable. Ce verdict a toutefois été renversé en appel, et le médecin a été emprisonné pendant 10 mois, au cours desquels il a subi un infarctus.

La loi a par la suite été amendée pour empêcher des magistrats de renverser la décision d’un jury. Cette modification est encore connue sous le nom d’«amendement Morgentaler».

L’affaire s’est néanmoins rendue jusqu'en Cour suprême, et a donné lieu en 1976 au premier de trois arrêts sur l’avortement portant le nom du médecin. Cette décision partagée donnait raison à l’État, qui considérait alors comme criminelle toute tentative de mettre fin à une grossesse.

Le deuxième arrêt Morgentaler a été prononcé en 1988 à la suite de l’arrestation du médecin en Ontario — mais après l’adoption de la Charte canadienne des droits et libertés. Les magistrats ont alors jugé inconstitutionnelle la loi en vigueur qui obligeait une femme à obtenir le consentement d’un «comité thérapeutique» avant un avortement.

Aucun gouvernement n’a réussi à légiférer sur les interruptions de grossesse depuis ce temps. Le Canada est donc depuis 20 ans l’un des seuls pays du monde occidental à ne pas baliser la pratique de l’avortement.

Les provinces qui souhaiteraient le faire n’en ont pas le droit, puisque la Cour suprême a estimé, dans sa troisième décision Morgentaler, que l’affaire était de compétence fédérale exclusive.

Henry Morgentaler s’est marié trois fois et a élevé quatre enfants.

PLUS:pc