NOUVELLES

Le Canadien Omar Khadr a été transféré dans une prison d'Edmonton

29/05/2013 02:42 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

TORONTO - L'ancien détenu canadien de la prison de Guantanamo Omar Khadr a été transféré dans une prison en Alberta, après des mois passés en isolement dans un pénitencier de l'Ontario parce qu'il avait reçu des menaces d'un autre détenu, a appris La Presse Canadienne.

Le Canadien a été transféré mardi par avion jusqu'à l'Établissement d'Edmonton, ce qui pourrait contribuer à mettre un terme à son exclusion des programmes offerts aux détenus, ce qui compliquait sa demande de libération conditionnelle, a soutenu son avocat Dennis Edney.

Me Edney a déclaré, mercredi, qu'il espérait que ce transfert constitue un nouveau départ pour son client, afin de permettre aux Canadiens de le voir sous son vrai jour, soit celui d'un individu qui n'a pas d'opinions radicales et ne représente pas de menaces pour le pays, a-t-il poursuivi.

Le transfert permettra non seulement à Khadr d'être plus près de son avocat, mais devrait également calmer les inquiétudes de ceux qui ont craint l'influence négative de membres de sa famille à Toronto, dont certains membres ont exprimé, il y a plusieurs années, certaines sympathies pour le mouvement radical al-Qaïda.

Le pénitencier d'Edmonton, un établissement à sécurité maximale, compte environ 225 détenus.

Omar Khadr, aujourd'hui âgé de 26 ans, a été rapatrié au Canada en septembre dernier pour purger ce qui reste des huit années d'une peine imposée par un tribunal militaire spécial américain. Le jeune Torontois avait plaidé coupable à des accusations de crimes de guerre, en lien avec des événements ayant eu lieu en Afghanistan alors qu'il était âgé de 15 ans.

Il a passé plusieurs mois en isolement au pénitencier à sécurité maximale de Millhaven, à l'ouest de Kingston, en Ontario, où il avait été emprisonné à son arrivée au Canada, bien qu'il fût considéré comme «à risque minimum» à sa sortie de Guantanamo.

En mars, la direction de la prison a mis fin à cet isolement et lui a permis de travailler à la cuisine, pour remettre des morceaux de beurre aux autres détenus. Lorsqu'un prisonnier lui en a demandé plus que la part à laquelle il avait droit, Khadr a refusé, ce qui lui a valu des menaces. Les autorités l'ont alors mis à nouveau en isolement pour assurer sa protection et ce, pendant au moins 23 heures par jour.

Me Edney a toutefois fait valoir que ce genre de traitement n'était pas très éloigné de celui qu'il avait subi pendant 10 ans à Guantanamo Bay.

Selon les Services correctionnels, Khadr était éligible à une libération conditionnelle de jour en janvier dernier, mais il n'a pas encore comparu devant la commission. Il sera éligible à une libération conditionnelle complète le 1er juillet prochain.

PLUS:pc