NOUVELLES

Le Canada ordonne l'expulsion du consul d'Erythrée à Toronto

29/05/2013 11:14 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

Le Canada a ordonné mercredi l'expulsion d'ici le 5 juin du consul d'Erythrée à Toronto pour avoir prélevé des impôts auprès de la diaspora érythréenne, transgressant ainsi le droit canadien et des sanctions de l'ONU contre l'Erythrée.

Le consul Semere Ghebremariam Micael a régulièrement défrayé la chronique au Canada, la presse et des organisations des droits de l'Homme l'accusant de prélever un impôt auprès de la diaspora érythréenne, en menaçant les récalcitrants de punir leurs familles restées au pays.

Le consul devra avoir quitté le Canada le 5 juin à 16H00 GMT au plus tard, précise le chef de la diplomatie canadienne, John Baird, dans un communiqué.

"À maintes reprises, le Canada a demandé de manière non équivoque à l'Erythrée de respecter les sanctions de la communauté internationale et le droit canadien", rappelle le communiqué.

Le Canada avait déjà averti le consul en septembre que cette collecte était incompatible avec son statut et menacé de demander son rappel.

Mais le diplomate n'avait apparemment pas jugé opportun d'obtempérer, allant même jusqu'à distribuer en janvier des formulaires demandant une contribution pour "la défense nationale, contre l'invasion éthiopienne".

Cette collecte d'impôts représentait environ 2% des revenus de résidents canadiens d'origine érythréenne.

"Le gouvernement de l'Erythrée pourra proposer une autre personne pour le représenter au Canada, mais cette personne devra respecter les règles. Il ne faudrait pas mettre davantage au défi notre détermination à ce sujet", a ajouté M. Baird.

En décembre 2011, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution renforçant les sanctions déjà prises contre l'Erythrée, accusée par ses voisins de soutenir des activités terroristes dans la Corne de l'Afrique.

Le texte "exige de l'Erythrée qu'elle cesse de chercher, directement ou indirectement, à déstabiliser des Etats, notamment en fournissant à des groupes armés un soutien financier, militaire ou en matière de renseignement, ou une assistance autre que militaire".

jl-are/lor

PLUS:afp