POLITIQUE

La hausse de l'aide sociale pour 85 000 personnes seules est retardée

29/05/2013 06:50 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT
PC

La ministre du Travail, Agnès Maltais, a annoncé mardi que la hausse de la prestation d'aide sociale annoncée pour 85 000 personnes seules est reportée au mois de septembre.

Mme Maltais a expliqué qu'elle reportait ce changement à la prochaine rentrée parlementaire afin de mieux coordonner les efforts du gouvernement dans l'aide aux démunis.

Elle a par ailleurs maintenu les modifications réglementaires proposées en février dernier, avec quelques aménagements déjà élaborés en avril.

Ainsi, l'âge permettant d'être admissible à une allocation de 129 $ par mois pour contrainte temporaire à l'emploi passera de 55 à 58 ans, mais les personnes qui en bénéficient déjà conserveront ce droit acquis.

Cette même allocation ne pourra plus être perçue simultanément par deux parents qui doivent garder leur enfant d'âge préscolaire.

Les deux parents pourront cependant conserver la bonification de 129 $ si l'un d'eux doit procurer des soins constants à un autre adulte, s'il présente un problème de santé ou s'il a à sa charge un enfant handicapé.

« Le Québec change et nous devons adapter nos programmes d'aide financière en conséquence. Plusieurs défis guettent le marché de l'emploi et nous aurons besoin de l'ensemble de notre main-d'œuvre pour les relever. Les personnes qui ont le potentiel et le désir de travailler pourront le faire, c'est pourquoi j'ai décidé d'aller de l'avant avec les modifications réglementaires proposées en février », a déclaré la ministre Maltais.

« Un pétard mouillé »

Réagissant à l'annonce du report de la hausse de prestation pour les personnes seules, la chef de Québec solidaire, Françoise David, a qualifié le tout de « pétard mouillé ». « La ministre avait créé un certain espoir chez 85 000 personnes, ce n'est pas rien. Ces gens-là sont obligés de se dire on va attendre en septembre. Et là on va peut-être annoncer une mesure qui va être, je l'espère, substantielle. »

De son côté, la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) donne la chance au coureur. « Nous prenons acte de la volonté du gouvernement d'améliorer le sort des plus démunis. Cependant, la FTQ jugera de la valeur de l'arbre à ses fruits », a indiqué le président de la centrale syndicale, Michel Arsenault.

Le Collectif contre la pauvreté interprète ces mesures comme une manière détournée de couper dans l'aide aux démunis.

« Ce projet de modification est bel et bien une coupe; une coupe dans l'assurance, dans l'estime de soi, la force, l'espoir des personnes assistées sociales, ou autrement dit une coupe dans leur dignité, que la ministre responsable de la lutte à la pauvreté est censée protéger. Ce n'est pas de cette façon qu'on favorise le retour au travail et, ultimement, qu'on aide à sortir de la pauvreté, malgré les prétentions de la ministre. Il n'y a aucune raison de procéder à cette modification réglementaire. La ministre est complètement dans les patates », a déclaré Serge Petitclerc, du Collectif.

De son côté, la Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d'œuvre (COCDMO), qui regroupe près d'un millier d'organismes spécialisés en développement de la main-d'œuvre, accueille avec intérêt les modifications à l'offre de service du réseau d'Emploi-Québec annoncées par Agnès Maltais. La Coalition se dit cependant préoccupée par le soutien financier aux personnes seules.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois