NOUVELLES

Facebook revoit sa politique sur les contenus "haineux et offensants"

29/05/2013 05:32 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

Le réseau social Facebook va revoir sa politique en matière de contenus "haineux et offensants" et a annoncé mercredi la fin de l'anonymat sur les pages publiant des propos ou des blagues sexistes ou offensants après des protestations d'utilisateurs.

"Les pages sur Facebook peuvent être anonymes et c'est vraiment important, des gens commencent des révolutions ainsi", a commenté mercredi la directrice d'exploitation du groupe, Sheryl Sandberg, lors d'une conférence en Californie.

"Mais en ce qui concerne ce type d'humour très cru visant les femmes ou tout autre groupe, nous ne laisserons plus de telles pages être anonymes", a-t-elle promis.

La vice-présidente chargée de la politique publique du réseau, Marne Levine, avait affirmé mardi que Facebook "complèterait son analyse et actualiserait ses lignes directrices" sur les propos haineux, et chercherait les conseils d'experts juridiques, d'organisations de droits des femmes ou d'autres groupes "qui ont été historiquement confrontés à la discrimination".

"Ces derniers jours, il est devenu clair que nos systèmes d'identification et de suppression des discours de haine ont échoué à fonctionner aussi efficacement que nous le voudrions, notamment à propos d'affaires de haine contre les femmes", avait reconnu Mme Levine dans un communiqué.

"Dans certains cas, le contenu n'est pas supprimé aussi rapidement que nous le voudrions. Dans d'autres cas, des contenus qui devraient être supprimés sont ou ont été évalués à partir de critères dépassés (...) Nous devons faire mieux --et nous le ferons", avait-elle ajouté.

Ce changement de politique a été annoncé une semaine après le lancement d'une campagne par le groupe Women, Action & The Media, qui estime que le réseau social "permet depuis longtemps des contenus approuvant la violence à l'encontre des femmes".

Facebook "prétend que ces pages relèvent de la partie +humour+ de ses lignes directrices ou de la +liberté d'expression+", avait expliqué le mouvement, qui a salué la décision prise par Facebook.

La plupart des contenus visés par ces protestations ont été retirés du site, a assuré Mme Sandberg. "Il y a certaines publications qui sont encore sur le site, parce qu'il ne s'agit pas de publications haineuses ou incitant à la violence --ce sont juste des pages dégoûtantes, déplacées ou horribles que nous ne soutenons pas", a-t-elle indiqué.

"Nous les examinons toutes et expliquons à leurs auteurs que s'ils veulent qu'elles restent sur Facebook, il faut qu'ils mettent leur nom dessus", a-t-elle poursuivi, soulignant qu'un "très grand pourcentage" des utilisateurs avait alors choisi de ne plus publier ces pages.

"C'est vraiment une étape importante", a ajouté Mme Sandberg, qui a récemment publié "Lean In" ("Bougez-vous"), un livre présenté par les médias américains comme un manifeste féministe moderne, dans lequel elle exhorte les femmes à "se bouger" pour réussir le grand écart entre vies professionnelle et familiale: "Assumez votre sexisme, mettez votre nom".

gc-rl/mdm/sam

PLUS:afp