NOUVELLES

Conférence Genève II: toujours pas d'accord sur les modalités (Ban)

29/05/2013 06:03 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis, la Russie et l'ONU n'ont toujours pas résolu de nombreuses questions relatives à la future conférence internationale sur la Syrie, y compris la date précise de cette réunion, a indiqué mercredi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

L'initiative d'une nouvelle conférence internationale baptisée Genève-2 et rassemblant notamment représentants du gouvernement syrien et de l'opposition a été lancée début mai par les responsables des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry.

"Des consultations actives sont en cours entre les Nations unies, les Etats-unis et la Russie mais il y a encore de nombreux éléments que nous devons clarifier", a souligné M. Ban devant la presse. "Nous n'avons pas encore trouvé de date mutuellement acceptable et pratique pour la réunion".

M. Ban a aussi cité comme points en discussion la liste des participants à la conférence et la participation de l'opposition syrienne qui, selon lui, devrait "être présente de manière unie".

"Avant de lancer les invitations (à la conférence) nous devons clarifier tous ces éléments", a-t-il conclu. "Je ne suis pas en mesure pour l'instant de vous dire exactement quand elle aura lieu mais nous nous sommes engagés à la réunir dès que possible".

M. Ban a par ailleurs "pris note" de la décision des Européens de lever leur embargo sur les armes à destination de la Syrie, soulignant qu'elle "avait été mûrement réfléchie". Mais il a réaffirmé "qu'il n'y a pas de solution militaire (au conflit), seul un processus politique peut le résoudre durablement". "Fournir des armes à l'un ou l'autre camp n'aidera pas ce processus", a-t-il ajouté. "Toutes les parties qui ont une influence sur les deux camps devraient les inciter à déposer les armes".

Les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé lundi soir à Bruxelles de lever l'embargo sur les armes pour les rebelles syriens. Les 27 ont cependant convenu de ne pas livrer d'armes aux rebelles pour l'instant, pour ne pas nuire aux efforts de règlement politique.

avz/sam

PLUS:afp