INTERNATIONAL

Stockholm: fragile retour au calme dans les rues de la ville

28/05/2013 07:16 EDT | Actualisé 28/07/2013 05:12 EDT
AFP/FREDRIK SANDBERG

Un calme relatif régnait mardi matin dans les rues des banlieues pauvres de Stockholm, en Suède, secouées par une semaine d'émeutes et de saccages.

Selon la police suédoise, quelques voitures ont été incendiées au cours de la nuit de lundi à mardi, mais aucun affrontement n'a été rapporté entre les forces de l'ordre et les jeunes en colère des quartiers populaires de la région de Stockholm.

« Maintenant, c'est le retour à la normale. Il n'y a pas eu d'émeutes et seulement quelques voitures ont brûlé, moins de dix », a déclaré à l'Agence France-Presse le porte-parole de la police, Kjell Lindgren.

D'importantes émeutes ont éclaté le 19 mai dernier dans le quartier Husby de Stockholm après que les policiers eurent abattu un homme de 69 ans armé qui s'était barricadé dans son appartement.

Cet incident a mis le feu aux poudres dans ce quartier où 80 % de la population est d'origine étrangère et où les relations sont tendues avec la police, accusée de racisme et de brutalité.

Les émeutes qui se sont étendues aux quartiers environnants et à d'autres villes du pays dont Orebro, et Sodertalje, se sont soldées par la destruction d'au moins 150 véhicules ainsi qu'une douzaine de bâtiments incendiés par les émeutiers.

Les violences et les émeutes nocturnes régressent depuis le 24 mai avec l'arrivée de renforts policiers dans les zones à risque et le déploiement dans les rues de patrouilles citoyennes pour dissuader les casseurs.

Cette flambée de violence a provoqué un débat national en Suède sur les conditions de vie et l'intégration des immigrants qui représentent 15 % de la population. Une grande partie d'entre eux vivent dans des banlieues ou des quartiers défavorisés où le taux de chômage est élevé et les perspectives d'avenir sont plutôt minces pour les jeunes.

Ouverte à l'immigration, la Suède accueille un grand nombre de ressortissants étrangers venus d'Irak, d'Afghanistan, de Somalie, des Balkans et de Syrie.