NOUVELLES

Procès d'André Hébert: une seconde plaignante raconte son agression

28/05/2013 02:19 EDT | Actualisé 27/07/2013 05:12 EDT

Le procès d'un homme qui aurait profité de séances d'hypnose pour agresser sexuellement des femmes se poursuit mardi au palais de justice de Québec. Trois femmes ont porté plainte contre André Hébert, 49 ans, de Château-Richer.

Une seconde plaignante s'est adressée à la cour, mardi matin, afin de faire le récit de l'agression qu'André Hébert lui aurait fait subir. La femme a expliqué avoir fait appel aux services de l'hypnothérapeute, en 2009, dans l'espoir de cesser de se ronger les ongles.

Cette dernière a raconté s'être déplacée à la résidence de l'accusé, où il avait aménagé son bureau d'hypnothérapeute. André Hébert l'aurait alors fait asseoir dans une chaise en cuir pour l'hypnotiser.

« "Au décompte de trois, tu vas sentir tes lèvres se toucher". Le temps que je me demande ce qu'il voulait dire, ses lèvres ont touché les miennes », a-t-elle relaté. Selon la plaignante, qui avait alors 33 ans, l'accusé aurait affirmé que c'est ce dont elle avait besoin.

Elle aurait ensuite tenté de mettre fin à la séance, mais se serait sentie coincée. André Hébert l'aurait alors déshabillée et retenue de force. Toujours selon les dires de la plaignante, l'accusé se serait livré à des attouchements pour ensuite la forcer à le masturber.

Lundi, un spécialiste en identité judiciaire a précisé que du sperme de l'accusé a été retrouvé sur la chaussure de cette plaignante.

Cette dernière poursuit son témoignage en après-midi.

PLUS:rc