NOUVELLES

Mercedes-Benz plus rapide que Red Bull?

28/05/2013 11:53 EDT | Actualisé 28/07/2013 05:12 EDT

Niki Lauda défend Mercedes-Benz en disant que Red Bull avait été prévenue, mais n'a pas répondu assez vite à l'invitation de Pirelli. Ce que ne nie pas l'équipe championne du monde.

Lauda, président d'honneur de la marque allemande qui fait le lien entre l'équipe de F1 et la haute direction, croit que Red Bull cherche un coupable, après avoir laissé passer cette chance de tourner pour le fabricant italien. Rappelons que Red Bull et Ferrari ont porté réclamation avant le Grand Prix de Monaco, au sujet de ces essais, qui ont eu lieu dans la foulée de la course espagnole, du 13 au 15 mai.

« Nous avons été les plus rapides à répondre positivement, affirme l'ancien pilote autrichien. Eux, ils n'ont pas réagi à temps et ils sont aujourd'hui mauvais perdants. Nous n'avons pas enfreint le règlement et nous nous en sommes assurés. Nous pouvions effectuer ces essais », a-t-il ajouté.

Le conseiller F1 de Red Bull Helmut Marko a confirmé à la télévision autrichienne que l'équipe avait bien reçu l'invitation.

« Nous avons clairement dit non, car notre opinion était que ces essais étaient hors-la-loi. Ils contrevenaient aux règlements », a dit M. Marko.

Le patron de l'équipe Red Bull Christian Horner a plutôt révélé qu'il avait reçu une lettre en 2012, offrant la possibilité de faire des essais pneumatiques de façon individuelle, mais il affirme qu'elle ne faisait pas mention qu'il était possible d'utiliser la voiture de la saison en cours.

Et il fait porter le chapeau de la controverse à Mercedes-Benz.

« Lorsqu'elle s'inscrit au championnat, il est de la responsabilité de l'équipe de respecter les règlements, peu importe ce que disent les contrats [avec ses fournisseurs], a expliqué Christian Horner. Le problème, ce n'est pas Pirelli, c'est qu'une équipe ait pris la liberté d'effectuer des essais avec une voiture 2013 sur une piste utilisée dans le Championnat 2013. Selon nous, ce n'est pas conforme au règlement », a-t-il précisé.

« Évidemment, ils ont un contrat portant sur 1000 km avec chacune des équipes, reconnaît M. Horner au sujet de Pirelli. Le problème, c'est que le règlement n'autorise pas, selon nous, de faire cela. Je pense que le danger, avec cela, c'est que l'on se retrouve soudainement de retour à l'époque des essais privés et que cela fasse grimper les frais. »

La FIA étudie la question et pourrait mettre Mercedes-Benz à l'amende. La FIA exigeait pour autoriser ces essais que toutes les équipes aient été mises au courant. Or, plusieurs équipes disent ne pas avoir été mises au courant.

On apprend que Ferrari a fait des essais Pirelli avant le Grand Prix d'Espagne, mais avec la voiture de 2011 et avec Pedro de la Rosa au volant.

« On se sent trahi », a dit le fondateur de l'équipe Sauber, Peter Sauber, au site web suisse www.20min.ch.

Selon Auto Motor und Sport, Williams nie avoir eu connaissance de la possibilité de faire des essais avec Pirelli.

Le patron de l'équipe Lotus Éric Boullier a dit au site brésilien www.totalrace.com.br que son équipe n'avait pas reçu d'invitation.

Du côté de Force India, on est plus prudent. Le patron de l'équipe Bob Ferney admet que le sujet a été discuté lors d'une réunion de l'Association des équipes de F1 (FOTA), mais a ajouté ne pas se souvenir d'avoir reçu une invitation en bonne et due forme de Pirelli.

Selon le quotidien britannique The Telegraph, la FOTA a prévenu les équipes par courriel que les essais durant la saison n'étaient pas permis, sans le consentement général des équipes.

À la FIA de trancher. Mercedes-Benz est-elle coupable d'avoir violé le règlement? De quoi nourrir les discussions dans le paddock du Grand Prix du Canada à Montréal.

PLUS:rc