NOUVELLES

L'apport d'ING Direct pertmet à la Banque Scotia d'accroître son bénéfice

28/05/2013 07:38 EDT | Actualisé 28/07/2013 05:12 EDT

TORONTO - La Banque Scotia a vu son bénéfice du deuxième trimestre prendre près de 10 pour cent par rapport à l'an dernier grâce, notamment, à l'acquisition d'ING Direct. Son résultat s'est toutefois avéré inférieur aux attentes des analystes.

«Dans l'ensemble, nous nous attendons à une réaction négative aux résultats de la Scotia, parce que le bénéfice par action n'a pas atteint les prévisions», a observé l'analyste Michael Goldberg, de Desjardins.

«Cependant, les principales activités nationales de la banque et celles de ses franchises internationales ont continué à livrer de solides résultats.»

La banque (TSX:BNS) a fait état mardi d'un bénéfice de 1,6 milliard $, soit 1,23 $ par action, pour son plus récent trimestre, ce qui se compare à un bénéfice de 1,46 milliard $, ou 1,15 $ par action, au deuxième trimestre de 2012.

Les revenus ont totalisé 5,22 milliards $, contre 4,7 milliards $ il y a un an.

Le bénéfice ajusté de la Scotia a atteint 1,24 $ par action, en hausse par rapport à celui de 1,16 $ par action de l'an dernier. Les analystes misaient cependant sur un bénéfice par action de 1,26 $.

La différence avec les attentes des spécialistes est attribuable à l'augmentation de la provision pour pertes sur mauvaises créances, qui est passée à 343 millions $ alors qu'elle était de 264 millions $ au deuxième trimestre de l'an dernier et de 310 millions $ au premier trimestre de l'exercice en cours.

La banque a expliqué avoir augmenté la provision pour pertes sur prêts pour toutes ses activités, mais la hausse les plus importantes ont été celle des services bancaires de détail internationales et celle des services bancaires commerciaux au Canada.

Malgré tout, le bénéfice net des services bancaires canadiens de la Scotia a progressé de 86 millions $, soit 19 pour cent, par rapport à la même période l'an dernier, essentiellement grâce à l'acquisition de la banque en ligne ING Direct.

«Nous avons de nouveau affiché d'excellents résultats pour le trimestre, grâce à une croissance exceptionnelle des revenus. Chaque secteur d'activité a effectué un apport tangible à ces bons résultats», a déclaré dans un communiqué le chef de la direction, Rick Waugh.

«Notre diversification et notre modèle d'entreprise simple nous ont permis de tirer parti des possibilités de croissance.»

La plus internationale des banques canadiennes a indiqué que son secteur bancaire canadien avait généré moins du tiers de son bénéfice d'ensemble, soit 547 millions $.

Les activités bancaires internationales ont pour leur part offert une contribution de 471 millions $ pour le trimestre.

Les services de gestion de patrimoine ont produit environ 335 millions $ du bénéfice, tandis que les services de marchés mondiaux ont apporté 361 millions $ au profit.

Les récentes acquisitions ont contribués au résultat net à hauteur de 61 millions $.

Le reste de la hausse a été attribuable à la hausse des taux d'intérêt, à la croissance des frais de transaction et des revenus de gestion de patrimoine, ainsi qu'à de meilleurs gains sur les investissements en valeurs mobilières.

La croissance a été partiellement contrebalancée par de plus faibles revenus de courtage, une hausse des dépenses d'exploitation et de plus importantes provisions pour pertes sur prêts.

L'action de la Banque Scotia a clôturé mardi à 59,61 $, un cours inchangé par rapport à la fermeture de la veille.

PLUS:pc