NOUVELLES

Deux violents gangs de rue du Honduras concluent une trêve

28/05/2013 05:44 EDT | Actualisé 28/07/2013 05:12 EDT

TEGUCIAGALPA, Honduras - Les deux plus dangereux gangs de rue du Honduras ont conclu une trêve mardi, offrant la paix au gouvernement en échange d'un programme favorisant leur réinsertion sociale et leur employabilité.

Un porte-parole de la Mara Salvatrucha a déclaré que le gang et son rival, connu sous le nom de M18, s'étaient engagés à cesser les violences et les crimes dans les rues comme preuve de leur bonne volonté.

Le chef du gang, identifié seulement sous le prénom de Marco, s'est adressé aux journalistes mardi, en s'excusant et en demandant pardon à la société pour les meurtres et les crimes qui font du Honduras l'un des plus violents pays du monde.

Il a fait sa déclaration à partir d'une cellule de prison à San Pedro Sula, la capitale commerciale du pays.

Quelques minutes plus tard, lors d'une conférence de presse distincte, un chef du M18 s'est adressé aux médias à partir d'une autre cellule de prison. Il a déclaré que son gang faisait la même offre que la Mara Salvatrucha, «si le gouvernement écoute». Son visage était recouvert d'un foulard et il n'a pas donné son nom.

La trêve a été conclue après un accord semblable entre les deux mêmes gangs au Salvador voisin, au terme de huit mois de médiation de l'évêque de San Pedro Sula, Romulo Emiliani.

Le président hondurien, Porfirio Lobo, avait déclaré lundi qu'il appuyait les efforts de l'évêque et qu'il lui avait personnellement offert son appui.

Au Salvador, les autorités affirment que la trêve entre les gangs, qui a commencé l'an dernier, a considérablement réduit le nombre de morts violentes. Selon un rapport de la sécurité publique salvadorienne, le nombre de meurtres a diminué d'environ 52 pour cent depuis 14 mois.

Avec 91 meurtres pour 100 000 habitants, le Honduras est considéré comme l'un des plus violents pays du monde.

PLUS:pc