NOUVELLES

Transport en commun: Metrolinx veut augmenter la TVH et taxer l'essence

27/05/2013 10:32 EDT | Actualisé 27/07/2013 05:12 EDT

TORONTO - Les ménages de la région de Toronto-Hamilton pourraient devoir débourser 477 $ de plus par année en taxes pour financer le développement du transport en commun, a recommandé lundi l'agence gouvernementale responsable de la planification des transports collectifs.

La majorité des 2 milliards $ nécessaires chaque année pour financer ce secteur sera prélevée lors de chaque transaction effectuée par les consommateurs, selon Metrolinx, qui réclame une taxe de cinq cents sur l'essence et une hausse d'un point de pourcentage de la taxe de vente harmonisée (TVH) pour les résidants de la région.

Il s'agit d'une grosse somme, mais chacun bénéficiera d'une diminution de la congestion routière, affirme le président de Metrolinx, Robert Prichard. «Nous sommes très conscients que 477 $ est un montant substantiel pour les ménages; il ne s'agit pas d'une suggestion insignifiante ou légère», dit-il.

Metrolinx planche sur des sources de revenus annuelles de 1,3 milliard $ en faisant passer la TVH de 13 à 14 pour cent, après déduction de 105 millions $ pour les ménages à faible revenu.

Le temps moyen passé sur les routes pour aller travailler est de 82 minutes, et devrait bondir à 109 minutes d'ici 2030, affirme Metrolinx. Une fois que seront complétés tous les aspects du plan de transport en commun sur 25 ans — appelé «The Big Move» —, cette moyenne devrait revenir à 77 minutes, avance M. Prichard.

Les 2 milliards $ que désire récolter Metrolinx doivent servir à financer plus de 400 kilomètres de nouveaux réseaux et de réseaux améliorés de transports collectifs.

Parmi les autres mesures suggérées par l'agence, on propose de faire payer les stationnements incitatifs, et de permettre aux conducteurs solo d'emprunter les voies pour le covoiturage, moyennant paiement.

Le ministre des Transports, Glen Murray, estime à 6 milliards $ les pertes annuelles entraînées par la congestion dans la région métropolitaine de Toronto et Hamilton.

Il en reviendra aux libéraux de décider s'ils désirent augmenter les taxes et, si leur gouvernement minoritaire est battu, s'ils feront campagne avec une telle proposition toxique sur le plan politique.

La première ministre Kathleen Wynne n'a pas voulu dire, lundi, si elle mettrait en place les mesures suggérées par Metrolinx, disant qu'elle en «tiendrait compte» et qu'elle consulterait tout d'abord la population.

«Je sais que la congestion routière dans la région de Toronto et Hamilton ne peut continuer ainsi, et il est donc absolument essentiel que nous disposions d'une source de revenus dédiée», a-t-elle déclaré à Queen's Park.

Une loi pour imposer les nouveaux frais entrerait probablement en vigueur au printemps 2014, ont dit les libéraux. Ils doivent toutefois obtenir l'appui d'au moins un des partis d'opposition pour la faire adopter, et les néo-démocrates et les conservateurs s'opposent tous deux à ces nouvelles ponctions financières.

Les entreprises obtiennent des déductions fiscales alors que la population, qui peine à joindre les deux bouts, doit payer davantage, a dénoncé la chef néo-démocrate, Andrea Horwath.

Au dire du porte-parole conservateur en matière de transports, Frank Klees, les contribuables voteront pour éjecter les libéraux s'ils imposent de nouvelles taxes.

PLUS:pc