NOUVELLES

SportAccord à Saint-Pétersbourg : l'absence du maire remarquée

27/05/2013 04:03 EDT | Actualisé 26/07/2013 05:12 EDT

L'absence du maire au Congrès SportAccord en Russie est un coup de malchance pour la Ville, selon Marcel Aubut qui rappelle que le maire souhaitait profiter de la notoriété de Québec pour faire des propositions aux fédérations sportives.

Le maire Labeaume devait profiter du congrès à Saint-Pétersbourg pour renouer avec les différentes fédérations de sports qui sont venues à Québec l'an passé pour le Congrès SportAccord.

Le succès de l'événement qui s'est tenu au Centre des congrès de Québec aurait dû permettre à la Ville de pousser les discussions un peu plus loin cette semaine avec les fédérations sportives pour attirer dans la Vieille Capitale d'autres grands événements sportifs.

Sans vouloir tourner le fer dans la plaie, le président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut, estime que c'est une belle occasion ratée pour Québec.

« Le succès [du Congrès SportAccord] de Québec, le retour de ça, c'est aujourd'hui. Parce que ça fait un an, ils s'en souviennent comme si c'était hier. C'était le temps aujourd'hui, parce qu'on les connaît un peu plus, de leur demander des choses. C'est ça qu'on a raté aujourd'hui », affirme M. Aubut.

Selon Marcel Aubut, le maire se préparait à ces rencontres depuis un an déjà. La semaine dernière, Régis Labeaume a été forcé d'annuler trois rencontres avec lui en raison de ses maux de dos.

Le succès de Québec semble se confirmer auprès du président de SportAccord, Hein Verbruggen. Il garde que de bons souvenirs de la ville, des organisateurs du Congrès et du savoir-faire des gens de Québec.

« Pas uniquement parce que c'était parfaitement bien organisé. Québec, c'est quand même une ville avec un caractère un peu spécial comme ici à Saint-Pétersbourg », mentionne M. Verbruggen.

Pierre-Michel Bouchard rencontre le président de la FIS

Lundi, le président-directeur général du Centre des congrès, Pierre-Michel Bouchard, a eu au moins deux rencontres au nom du maire Labeaume. Il a discuté entre autres avec le président de Fédération internationale de ski (FIS), Gian Franco Kasper. La Ville aimerait accueillir, en 2018, le congrès de la FIS qui rassemble 1200 délégués.

Surtout, la Ville de Québec souhaite présenter à nouveau devant le parlement en 2016 la course de sprint de ski de fond qui a été fort appréciée par la FIS en décembre dernier.

Toutefois, de l'aveu même du président-directeur général du Centre des congrès, l'absence du maire rend les rencontres un peu moins décisives.

« Les joueurs avec qui on discute, je pense bien que quand tu n'es pas le décideur, ils ont moins de choses à te dire. »

Des rencontres avec le président de la Fédération internationale de patinage et de la Fédération internationale de triathlon étaient aussi au programme.

Par ailleurs, Pierre-Michel Bouchard confirme avoir fait des rencontres pour son organisation dans le but d'attirer des congressistes à Québec. Selon lui, Québec a réussi à se démarquer à la suite du succès de SportAccord l'an dernier.

« Vous savez qu'il y a beaucoup de villes canadiennes cette année ici, dont Montréal, Calgary, Ottawa. On a un peu d'avance sur eux », fait valoir M. Bouchard.

Course en canot

Même l'horaire du directeur général du Carnaval de Québec est chamboulé par l'absence du maire Labeaume. Jean Pelletier devait rencontrer vendredi le gouverneur de la région de Leningrad en compagnie du maire Labeaume pour promouvoir le Carnaval et la course de canot sur glace.

Jean Pelletier souhaiterait que le Carnaval accueille une équipe de canotiers de Saint-Pétersbourg l'an prochain pour la course de Québec. Cette rencontre a été annulée.

Un texte de Louise Boisvert

PLUS:rc