NOUVELLES

Israël: l'échec de la réforme du service militaire pourrait menacer la coalition

27/05/2013 04:55 EDT | Actualisé 27/07/2013 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le chef du deuxième plus important parti politique israélien a prévenu, lundi, que la coalition au pouvoir du premier ministre Benyamin Nétanyahou pourrait s'effondrer si elle ne parvient pas à réformer le système de service militaire pour mettre fin à l'exemption dont bénéficient les étudiants ultra-orthodoxes.

Le ministre des Finances, Yaïr Lapid, menacé de quitter la coalition gouvernementale après une réunion d'un comité chargé de modifier les règles du service militaire, qui s'est achevée sans résultat.

Le parti de M. Lapid a remporté un score important aux élections législatives du mois de janvier en promettant de forcer les ultra-orthodoxes à «partager le fardeau» du service militaire.

Le service militaire est obligatoire pour tout citoyen israélien à partir de l'âge de 18 ans, mais des milliers de juifs ultra-orthodoxes obtiennent des exemptions chaque année pour poursuivre leurs études religieuses.

Les ultra-orthodoxes font valoir que le service militaire compromettrait leur style de vie strictement religieux, tandis que les Israéliens qui servent dans l'armée estiment que cette exemption est injuste.

«Ceux qui pensent que le parti Yesh Atid va plier sur la question du partage du fardeau ne nous connaissent pas ou ne nous comprennent pas», a déclaré M. Lapid lors d'un rassemblement de son parti. «Il y aura un partage égal du fardeau ou ce gouvernement va tomber», a-t-il dit.

Ses commentaires semblent être la salve d'ouverture de ce qui pourrait être un long débat.

Le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a déclaré qu'il y aurait plusieurs «titres dans les journaux» et plusieurs «crises» avant que tous les aspects du dossier soient réglés. Mais il a assuré que des solutions finiraient par être trouvées et que la loi serait adoptée.

Lors de la création de l'État d'Israël, quelques centaines d'étudiants juifs ultra-orthodoxes avaient obtenu une exemption de service militaire, en partie pour encourager l'éducation juive après la destruction de plusieurs écoles de pensée juive par les nazis et leur collaborateurs durant la Seconde Guerre mondiale.

Au fil des ans, les exemptions se sont multipliées à des dizaines de milliers de personnes, et la légitimité des études religieuses d'autant de jeunes a été remise en question.

Un comité chargé d'élaborer la réforme du service militaire s'est rencontré tard dimanche soir, mais a mis un terme à sa réunion en pleine dispute autour des pénalités à imposer à ceux qui ne respecteraient pas le service militaire obligatoire.

PLUS:pc