NOUVELLES

Paris: la police recherche un suspect dans l'agression contre un soldat

26/05/2013 09:38 EDT | Actualisé 26/07/2013 05:12 EDT

PARIS - Les enquêteurs anti-terroristes français recherchaient toujours, dimanche, le suspect qui a agressé au couteau un soldat en patrouille dans le quartier des affaires de La Défense, à Paris.

Le militaire de 23 ans, Cédric Cordier, a été attaqué à la gorge samedi midi par un assaillant alors qu'il circulait avec deux confrères dans les corridors sous-terrains reliant les commerces et les accès aux transports en commun du district.

Cette attaque survient quelques jours seulement après le meurtre sordide d'un militaire britannique, en plein jour, dans le sud-ouest de Londres. Nombreux étaient ceux qui craignaient que l'agression n'inspire d'autres crimes du même genre, mais les responsables ont répété dimanche que rien ne laissait croire pour l'instant que les deux attaques puissent être liées.

Cédric Cordier était toujours hospitalisé dimanche, mais les autorités ont fait savoir que sa blessure à la gorge ne mettait pas sa vie en péril. Le soldat était au sein d'une patrouille dans le cadre du Vigipirate, un programme de protection nationale, lorsqu'il a été attaqué par derrière.

Le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que le jeune homme avait été ciblé en raison de son statut de soldat. M. Le Drian avait rendu visite à la victime samedi soir à l'hôpital. De son côté, le président François Hollande, de passage en Éthiopie pour un séjour officiel, avait indiqué samedi que toutes les hypothèses devaient être envisagées pour faire la lumière sur ce crime, rappelant qu'il ne semblait pas y avoir de liens entre cette affaire et les événements de Londres.

Les forces de sécurité françaises ont renforcé leur présence depuis l'intervention militaire du pays au Mali, en janvier, pour y expulser les islamistes radicaux qui terrorisaient la population depuis des mois.

Par ailleurs, le premier ministre britannique David Cameron se trouvait à Paris pour rencontrer son homologue français lorsqu'il a été mis au fait de l'attaque de Londres.

PLUS:pc