NOUVELLES

Liban: deux tirs de roquettes ont blessé quatre personnes à Beyrouth

26/05/2013 01:53 EDT | Actualisé 26/07/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - Deux tirs de roquette ont été rapportés dans le sud de Beyrouth, dimanche, touchant un concessionnaire automobile et un immeuble à logements dans un quartier sous le contrôle du Hezbollah libanais.

Les roquettes ont blessé quatre personnes et font craindre un débordement de la guerre civile syrienne au Liban. Les groupes religieux sont fortement divisés au Liban, et les factions armées ont déjà un parti pris dans le conflit qui ravage le pays voisin, la Syrie.

L'attaque de dimanche n'a pas été revendiquée.

Par ailleurs, l'agence de nouvelles nationales du Liban a annoncé, lundi, qu'une roquette avait été lancée à partir du sud du pays en direction d'Israël.

Selon l'agence de nouvelles, la roquette a été lancée tard dimanche soir, d'un endroit situé près de Marjayoun, une ville située à environ dix kilomètrès au nord de la frontière avec Israël.

Il n'a pas été précisé qui avait lancé la roquette, ni si elle avait fait des dommages ou des victimes humaines. Israël n'a pas immédiatement réagi.

Un commandant rebelle syrien avait menacé, plus tôt cette semaine, de sévir contre les bastions du Hezbollah libanais, en représailles à l'appui accordé par la milice aux troupes du président Bachar el-Assad. Le Hezbollah est un groupe musulman chiite, tandis que les rebelles sont majoritairement sunnites.

Les affrontements entre divers groupes se répètent plus ou moins régulièrement dans les rues au Liban depuis la fin de la guerre civile, en 1990, mais les tirs de roquette ou d'artillerie contre des quartiers de Beyrouth sont rares.

Par ailleurs, ces tirs de roquette surviennent plusieurs heures après le discours du leader du Hezbollah, le cheik Hassan Nasrallah, qui a promis d'aider le camp Assad jusqu'à la victoire et prévenu que le renversement du régime mènerait à une montée de l'extrémisme.

Un second tir de roquette a frappé le deuxième étage d'un immeuble à logements dans le quartier Chyiah. Un salon a été endommagé, mais personne n'a été blessé.

Des médias libanais rapportaient quant à eux que les forces de l'ordre cherchaient à retracer une troisième roquette, qui n'aurait pas explosée.

Dans le même temps, les opérations militaires en Syrie se poursuivaient dimanche dans la ville stratégique de Qousseir, à dix kilomètres de la frontière avec le Liban. Les troupes gouvernementales, aidées des combattants du Hezbollah libanais, ont lancé l'assaut contre la ville et la bombardent sans relâche depuis une semaine pour tenter de la reprendre aux rebelles. Les hommes de Bachar el-Assad ont fait quelques percées, mais l'opposition maintient aussi certaines positions.

PLUS:pc