NOUVELLES

Inde:des rebelles maoïstes tuent 24 personnes dans un convoi du Parti du Congrès

26/05/2013 09:05 EDT | Actualisé 26/07/2013 05:12 EDT

NEW DELHI - Les autorités indiennes ont réagi avec indignation, dimanche, à l'attaque d'environ 200 rebelles maoïstes contre un convoi d'élus et de membres du Parti du Congrès, qui a fait au moins 24 morts et 37 blessés.

Samedi, les assaillants ont bloqué une route avec des troncs d'arbres, forçant le convoi à s'arrêter, selon ce qu'a rapporté l'agence de nouvelles The Press Trust of India. Ils ont alors activé une mine cachée en bordure de la route, faisant exploser l'une des voitures. Les maoïstes ont ensuite fait feu en direction des politiciens et des partisans du Congrès, avant de prendre la fuite.

Le premier ministre indien Manmohan Singh et la présidente du Parti du Congrès, Sonia Gandhi, ont rendu visite aux blessés de cet attentat dimanche dans un hôpital de Chhattisgarh, affirmant que le gouvernement sévirait contre les responsables.

Mme Gandhi a déclaré que le gouvernement était dévasté, dénonçant une «attaque lâche» contre les valeurs de l'Inde. Le président de l'opposition hindou nationaliste, Rajnath Singh, a de son côté plaidé en faveur de l'unité du pays pour lutter contre l'insurrection maoïste.

Le convoi a été attaqué dans une zone où la végétation est très dense, à environ 345 kilomètres au sud de Raipur, la capitale de l'État de Chhattisgarh. Les militants rentraient d'un rassemblement du parti.

Quatre leaders d'État du parti ont été tués, de même que huit agents policiers. Les autres victimes étaient des supporters du parti.

La police avait d'abord établi le bilan des morts à 28 victimes, le révisant plus tard à la baisse sans en préciser les raisons. Le policier R.K. Vij a précisé que onze des 35 blessés reposaient dans un état critique.

Par ailleurs, les autorités ont identifié l'une des victimes comme étant Mahendra Karma, un élu du Parti du Congrès dans l'État de Chhattisgarh ayant mis sur pied une milice locale pour combattre le mouvement maoïste.

Le premier ministre Singh a soutenu que le mouvement rebelle des maoïstes constituait la plus importante menace à la sécurité nationale. Selon le ministère de l'Intérieur, on retrouve désormais des milliers de combattants maoïstes, répartis dans 20 des 28 États de l'Inde.

Les maoïstes luttent contre le gouvernement central depuis plus de quarante ans, et exigent la distribution de terres agricoles et d'emplois aux plus démunis. Le mouvement est inspiré du défunt leader communiste chinois Mao Tse Toung, et puise son soutien auprès de populations autochtones déplacées, qui s'opposent à l'exploitation par les grandes entreprises et la corruption des dirigeants.

PLUS:pc